[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Le desmodium adscendens est une plante rampante ou grimpante, de la famille des Papilionacées, qui vit principalement dans les zones équatoriales d’Afrique et d’Amérique latine dont elle est originaire.

Cette herbacée à branches multiples ne mesure pas plus de 50 cm et fleurit en septembre et octobre pour donner des panicules légèrement pourpres et recourbées. Ses feuilles composées de trois folioles ovales sont d’un vert assez clair et présentent un revers soyeux. Le desmodium adscendens est traditionnellement appelé la « plante du foie » en raison de son efficacité dans le traitement des maladies du foie, mais on s’en sert également pour soigner les crises d’asthme. Seules les feuilles et les tiges sont utilisées même si les racines sont également récupérées pour la pharmacopée traditionnelle.
Les principes actifs du desmodium adscendens

Feuille bio de desmodium adscendens

Feuille bio de desmodium adscendens

Les principes actifs, tels que les flavonoïdes, les alcaloïdes et les saponines, lui confèrent des vertus anti-inflammatoires, analgésiques ou diurétiques, qui en font un élément de médication de choix pour soulager différents types de douleurs, pour ne citer que les migraines, le mal de dos, les douleurs articulaires et les pathologies musculaires.
Dans les années 1970, le docteur Pierre Tubéry et son épouse Anne-Marie, qui était aussi médecin, ramenèrent cette plante du Cameroun pour la faire connaître à la communauté scientifique européenne. La plante obtenait des résultats surprenants dans la phase ictérique des hépatites virales. Cette indication donnée par un infirmier du dispensaire hôpital où ils avaient exercé de 1959 à 1963, leur avait permis d’en connaître la posologie et, plus tard, d’en faire l’identification botanique au Museum d’histoire naturelle de Paris.

Les guérisons constatées avec le desmodium adscendens

Les guérisons constatées dans des cas d’hépatite sévères amenèrent les spécialistes à étudier avec beaucoup plus d’intérêt les propriétés pharmaceutiques du desmodium adscendens. Des recherches effectuées par plusieurs laboratoires européens ont révélé l’absence totale de toxicité et confirmé ses propriétés protectrices voire régénératrices de la cellule hépatique. Les recherches cliniques ont confirmé que l’action de la plante ne se limitait pas aux troubles hépatiques mais se révélait également efficace en cas d’allergie ou d’effets secondaires du traitement chimiothérapeutique.
On peut dire que le desmodium adscendens constitue une réponse adaptée à toutes les situations dans lesquelles le foie est agressé, que le médicament soit pris en gélule ou sous forme d’extrait liquide. Seule l’utilisation varie avec les pays. Ainsi, en Amérique latine, les tribus de la forêt amazonienne l’ingèrent sous forme de thé avec ses feuilles, pour réduire la tension nerveuse, et l’utilisent en bain pour traiter les infections vaginales. Dans certaines parties du Brésil, les habitants font une décoction de racines séchées pour combattre la malaria. De même, au Nicaragua, des tribus soignent la diarrhée et les maladies vénériennes par une décoction de feuilles.

Utilisation du desmodium adscendens

En Afrique, le desmodium adscendens est utilisé principalement comme remède contre les maladies du foie, l’asthme bronchique, les ulcères d’estomac ou la constipation. Les études ont montré, par ailleurs, que le desmodium adscendens avait un effet inhibiteur sur l’histamine, qui déclenche la réponse allergique, en contrôlant son action sur les muscles lisses, ce qui réduit d’autant le rétrécissement des voies respiratoires et la contraction des poumons. Pour une efficacité clinique réelle, la dose de 6 à 10g de plante par jour est nécessaire. Dans le traitement de l’hépatite virale, la posologie habituelle chez l’adulte est de 10g de plante sèche par jour, en décoction dans 1 litre d’eau bouillie. Le traitement doit être poursuivi tant que les symptômes n’ont pas disparu et les facteurs biologiques revenus à la normale, ce qui prend en général entre 2 et 4 semaines en phase aiguë et de 6 à 8 semaines en phase chronique. La même préparation peut être utilisée dans la prévention des altérations hépatiques liées à une chimiothérapie, mais en se limitant à 6 ou 7g de plante, avec prescription pour une durée de 7 jours, soit 2 jours avant et 5 jours après le traitement. En cas de nécessité, les soins seront poursuivis entre les cures de chimiothérapie en fonction de l’état hépato-digestif du malade. Dans les affections allergiques, l’asthme en particulier, ou lorsque la posologie classique n’est pas bien tolérée, la posologie peut être réduite de moitié par rapport à la posologie standard, soit 5g de plante sèche en décoction par jour. Sous forme de gélules de 255 mg, la posologie moyenne est de 6 unités par jour à prendre au moment des repas.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*