[Total : 55    Moyenne : 3.2/5]

Le desmodium bio, une plante africaine a été rapportée dans les années 1970 par le Dr Pierre Tubéry. Depuis, elle a été utilisée par des dizaines de milliers de personnes qui ont pu se débarrasser des troubles hépatiques les plus graves.

Le cheminement d’une découverte
Tout a commencé vers 1960. À cette époque, le Dr Pierre Tubéry et son épouse le Dr Anne-Marie Tubéry-Crauzes exercent dans un dispensaire au Cameroun. Ils recueillent les témoignages de plusieurs Européens guéris en quelques semaines d’hépatites sévères. Grâce à un infirmier camerounais, ils réussissent à identifier la plante utilisée par les guérisseurs traditionnels : le Desmodium adscendens bio. De retour en France, avec d’autres scientifiques de la faculté des sciences de Toulouse, ils commencent des recherches botaniques, phytochimiques, toxicologiques et pharmacologiques. D’autres laboratoires en Europe et en Afrique s’y mettent aussi. Ainsi, trois études du Centre International de Toxicologie d’Évreux, montrant une totale absence de toxicité, sont confirmées par des scientifiques de Metz et de Montpellier. L’analyse des principes actifs révèle une concentration d’alcaloïdes (dont l’isovitexine), de saponines, d’antocyanes et de flavonoïdes. En 1994, Olivier Heard, de la faculté de pharmacie de Tours, réussit à expliquer le fonctionnement du Desmodium adscendens bio qui agit comme protecteur de la cellule hépatique.

Desmodium bio la plante de foie en bonne santé

Desmodium bio la plante de foie en bonne santé

Il soigne le foie et de nombreuses affections
En France, la première guérison spectaculaire a été observée en 1973. (…) Rapidement, le remède s’est imposé comme le traitement naturel le plus efficace pour lutter contre les agressions que subit le foie, qu’elles soient virales ou chimiques, notamment suite à une intoxication alcoolique ou médicamenteuse. (…) De nombreux essais cliniques en France, en Italie et au Mali ont confirmé l’action de la plante, non seulement pour les troubles hépatiques, mais aussi pour ses deux autres indications majeures : pendant un traitement de chimiothérapie et en cas d’allergies.

La chimiothérapie
Le desmodium bio sous forme de tisane ou de soluté concentré, permet de mieux supporter les effets secondaires de la chimiothérapie.

Les allergies
La tisane de desmonium bio permet de soulager l’asthme et l’eczéma. L’oedème de Quincke avec récidive peut aussi disparaître.

La fibromyalgie
Les fibromyalgiques témoignent d’une amélioration grâce au desmodium bio, avec une accalmie des spasmes musculaires.

Soyez un consommateur averti

Le desmodium bio est disponible sous différentes formes et différentes marques dans la plupart des pharmacies, magasins de produits naturels.

Les prix « normaux » sont de 10,50 € les 100 grammes de plante sèche et de 16 € le soluté concentré en flacon de 150 ml . Mais on trouve aussi des sirops liquides à 80 € les 200 ml !!!!!!

Il est difficile de comprendre de tels écarts de pix, quand on sait que le desmodium bio est une plante très commune !!!!

Autre problème: la faible concentration des gélules. Certains patients se plaignent de l’inefficacité de la plante, mais oublient de faire un calcul évident :

6 gélules de 200 mg de poudre de feuilles correspondent à 1,2 g de desmodium bio. Or,la dose quotidienne nécessaire en cas de problème hépatique est estimée à au moins 8 g de plante sèche.

Quelle posologie ?

Décoction: 1 litre d’eau froide pour 8 à 10 g de plante sèche par jour. Porter à ébullition douce pendant 10 minutes. Boire dans la journée. Pour les troubles hépatiques ou les allergies, il faut suivre ce traitement de 8 jours à plusieurs semaines.
Pour une chimiothérapie, il faut commencer 3 jours avant et continuer 7 jours après la chimio.

Solution concentrée : 2 à 4 cuillerées à café par jour avec la même durée de traitement que la tisane.
Gélules: Il en existe de toutes sortes à tous les prix. Les laboratoires conseillent de 4 à 8 gélules par jour; en réalité, c’est souvent insuffisant. Il faut donc faire un calcul à partir du poids de plante dans chaque gélule pour atteindre la dose conseillée de 8 à 10 g par jour.

Aucune contre indication
Selon toutes les études, toxicologiques et pharmacologiques, il n’y a pas d’effet secondaire. Selon certains témoignages, certains patients en prennent pendant plus de 6 mois et n’ont observé que des effets positifs. Certaines personnes trouvent la tisane désagréable, d’autres, au contraire, la boivent avec plaisir. A chacun de se faire une idée . Pour adoucir on peut ajouter du miel ou, mieux encore, du sirop de kitul… mais il faut éviter le sucre. On peut associer le desmodium bio à d’autres plantes hépatiques comme le chardon-marie, ou le romarin. Et, pour drainer le foi, mangez des artichauts, des pissenlits, ou du radis noir.

Sources : eurekasophie.unblog.fr


[Total : 13    Moyenne : 3.1/5]

Légumineuse herbacée des zones équatoriales et tropicales d’Afrique , le Desmodium adscendens pousse à l’état sauvage en s’entourant autour des troncs des palmiers à huile ou des cacaoyers.

Les feuilles sont trifoliées alternes, les fleurs blanches ou violètes, et le fruit est une gousse verte

Les parties utilisées en phytothérapie sont la tige et les feuilles

Le Desmodium est utilisé traditionnellement en Afrique pour traiter les hépatites et l’asthme

Il fut introduit en Europe par le Dr Pierre Tubéry

Principes actifs

– Saponosides triterpĂ©noĂŻdes : soyasaponines et dihydrosoyasaponines

Responsables de l’effet hépato protecteur

– FlavonoĂŻdes

– Anthocyanes

– AlcaloĂŻdes dĂ©rivĂ©s de la tryptamine

Desmodium adscendens

Desmodium adscendens

Propriétés

→ Propriétés hépato protectrices

Le Desmodium régénère et protège la cellule hépatique des dommages causés les virus des hépatites ( A B C ) , les médicaments, l’alcool, les toxiques de l’environnement

Il normalise les transaminases, la bilirubine

→ Propriétés antiasthmatiques, antispasmodiques

Dues aux saponosides des extraits aqueux et alcooliques

– Diminution de la libĂ©ration de l’histamine au niveau des intestins et des poumons

– Action relaxante des muscles lisses bronchiques , due Ă  la modulation de la cyclo-oxygĂ©nase

Utilisation médicinale en phytothérapie

→ protection du foie

– Le Desmodium est un traitement indispensable en cancĂ©rologie, protĂ©geant des effets hĂ©patotoxiques des chimiothĂ©rapies anticancĂ©reuses

– Les hĂ©patites virales aigues ou chroniques, et complĂ©ment Ă©galement indispensable du traitement des hĂ©patites C et B par l’interfĂ©ron

– L’hĂ©patite alcoolique

– La NASH, la stĂ©atose hĂ©patique non alcoolique, dans les syndromes mĂ©taboliques

→ Les douleurs d’origine hépatique, du fait des propriétés antispasmodiques et anti-inflammatoires

→ Les allergies

Traitement de fond des allergies respiratoires ,rhume des foins, rhino-sinusites allergiques, toux spasmodique, des urticaires, de l’eczéma

Asthme en traitement préventif des crises, asthme non stabilisé à composante inflammatoire et spasmodique importante

Comment le prendre, posologie ?

Utiliser la décoction en priorité quand cela est possible : 6 à 10 g dans 1litre d’eau , faire bouillir 15 mm, et boire dans la journée

( seul problème, le gout vraiment pas terrible )

Autrement privilégier les formes liquides, aqueuses ou hydro-alcooliques, ou en solution glycérinée ( EPS) ,beaucoup plus concentrées

Eviter les formes en gélules de poudre, trop peu concentrés en principes actifs( il faut en prendre de grandes quantités )


[Total : 7    Moyenne : 3/5]

Le Desmodium adscendens bio est une plante herbacée bisannuelle, appartenant au genre desmodium, à la famille des Fabaceae, sous-famille des Faboideae.

Les botanistes la nomme “Desmodium adscendens” ou “Desmodium procumbens”, nous la connaissons sous des noms, tels que: trèfle savane, colle colle, gros trèfle, desmodium,…

En phytothérapie on utilise les tiges et les feuilles.

1°) Étymologie.

Non connue.

2°) Histoire.

En Afrique, le Desmodium adscendens est utilisĂ© depuis fort longtemps par les soigneurs traditionnel pour diverses affections hĂ©patiques (foie), dont l’hĂ©patite virale, et les problèmes pulmonaires.

Certaines tribus de la forêt amazonienne et du Nicaragua pratiquent encore des décoctions et des bains de racines séchées de Desmodium, appelé <>, pour guérir les affections vaginales, la nervosité ou certains troubles digestifs.

Les Docteurs Pierre et Anne-Marie TUBERY ont découvert au cours de leurs travaux sur le desmodium procubens, de 1959 à 1963, dans un dispensaire hôpital du Cameroun, les propriétés hépatoprotectrice de cette plante.

3°) Habitat.

Originaire des zones Ă©quatoriales d’Afrique et d’AmĂ©rique latine, Desmodium adscendens est très rĂ©pandue dans la zone Ă©quatoriale africaine oĂą elle pousse Ă  l’Ă©tat sauvage, rampant dans des lieux humides ou contre les troncs des palmiers Ă  huile ou des cacaoyers ou dans les jardins potagers.

Desmodium

Desmodium

4°) Description botanique.

Les feuilles de Desmodium adscendens sont trifoliolées alternes, les folioles obovales sont longues de 15 à 50 mm et larges de 10 à 30 mm.

La foliole médiane est nettement plus développée que les latérales. Le dessus des feuilles est glabre ou à poils appliqués clairsemés alors que le dessous est plus densément pubescent, ce qui donne une coloration plus claire à la face inférieure.

Les fleurs de desmodium sont lâchement disposées sur un racème axillaire ou terminal long de 10 à 15 cm. La corolle des fleurs est blanchâtre ou violacée et petite.

Le fruit de Desmodium adscendens est une gousse articulée longue de 10 à 25 mm et festonnée du côté inférieur.

5°) Composition.

-saponosides triterpénoïdes, dont Soyasapomines I et III.
-flavonoĂŻdes (Vitexine et Isovitexine)
-Des dérivés de la tryptamine, à la teneur de 8 à 12 mg/kg
-anthocyanes
-alcaloĂŻdes

6°) Propriétés et vertus.

-Protection du foie
-Antiasthmatique
-Antispasmodique
-Anti-inflammatoire
-Analgésique
-Antiallergique
-DĂ©puratif
-Diurétique
-Vulnéraire
-Immuno-modulateur.

Le Desmodium est considĂ©rĂ© avant tout comme un “protecteur de l’hĂ©patocyte”.

7°) Indications.

-Troubles du foie (suites d’hĂ©patites virales ou mĂ©dicamenteuses, d’intoxication…)
-Bronchite
-Spasmes musculaires
-Asthme

Le desmodium est actif pour stimuler la sĂ©crĂ©tion de bile en cas d’insuffisance hĂ©patique simple (paresse hĂ©patique) mais aussi dans les affections hĂ©patiques sĂ©vères comme celles provoquant un ictère (ancien nom : jaunisse). On conseille le desmodiul en cas de cirrhose, d’intoxications, d’obstruction des voies biliaires.

Les tradipraticiens du Ghana utilisent depuis très longtemps les feuilles de Desmodium pour soigner l’asthme bronchique. Le Desmodium n’agit pas comme un antihistaminique mais inhibe l’action de l’histamine sur les muscles lisses et, par suite, diminue la constriction des voies aĂ©riennes et des poumons, et ainsi soulage l’asthmatique.

Le desmodium adscendens sous forme de tisane ou de soluté concentré, permet de mieux supporter les effets secondaires de la chimiothérapie.

8°) Contre-indications.

En l’absence de donnĂ©e clinique, il est contre-indiquĂ© chez la femme enceinte et allaitante, ainsi que chez les jeunes enfants.

9°) Effets indésirables.

Selon toutes les Ă©tudes, toxicologiques et pharmacologiques, il n’y a pas d’effet secondaire ou indĂ©sirable.

10°) Toxicologie.

L’Ă©tude menĂ©e par Ă©thnobotanique et pharmacologie de l’universitĂ© de Metz a montrĂ© l’absence de toxicitĂ© du Desmodium adscendens.


[Total : 3    Moyenne : 1.7/5]

Le Desmodium, plante africaine communĂ©ment utilisĂ©e pour le bĂ©tail des chèvres, plante ancestrale des tradipraticiens africains (Sierra LĂ©one) n’a aucune toxicitĂ©, ni effet secondaire.

Ce complément alimentaire ne se substitue pas à un régime alimentaire varié et équilibré ni à un mode de vie sain.
– PrĂ©vention de l’Ă©volution des hĂ©patites virales vers la cirrhose et la fibrose
– AmĂ©lioration du mĂ©tabolisme hĂ©patique avec Silymarine et ThĂ© Vert. On conseille un Ă  trois comprimĂ©s par jour d’extrait standardisĂ©
– Accompagnement des chimiothĂ©rapies cytotoxiques et de tout traitement mĂ©dicamenteux Ă  risque hĂ©patique.

Les docteurs Anne-Marie et Pierre TubĂ©ry ont travaillĂ© cinq ans dans un dispensaire fondĂ© par les Petits-Frères-de-Foucaud au milieu des populations montagnardes du Nord-Cameroun. Ils voulaient, dans un souci humanitaire, leur apporter les bienfaits de la mĂ©decine moderne. Mais, en raison de leur contact Ă©troit avec la population locale, ils ont constatĂ© que l’Afrique pouvait – et devait – apporter une contribution Importante Ă  la mĂ©decine universelle.

Desmodium frais

Desmodium frais

“Dans les rĂ©gions oĂą le milieu est particulièrement agressif sur le, plan sanitaire, l’humanitĂ© ne peut survivre que si elle dispose d’une mĂ©decine efficace, mĂŞme si elle est traditionnelle.
Cette affirmation mĂ©riterait certes d’ĂŞtre dĂ©veloppĂ©e, mais prenons un seul exemple : l’hĂ©patite virale est très courante en Afrique et. dans de nombreuses rĂ©gions, elle est bien maĂ®trisĂ©e par les tradipraticiens (1) et leurs plantes hĂ©patoprotectrices. Parmi celles-ci, le Desmodium adscendens est particulièrement efficace. Il en existe d’autres, mais qui n’ont pas fait l’objet d’Ă©tudes aussi approfondies.
En 1963, dans une de ces auberges africaines, qu’on trouve aux carrefours des pistes, je rencontre un vieil ami, colon français bien intĂ©grĂ© au Cameroun.
– Comment allez-vous ?
– Moi, bien. Par contre ; ma femme a une bonne jaunisse et je sais que vous n’avez rien pour ça. Mais il y a ici des guĂ©risseurs qui ont une plante formidable. D’ailleurs, depuis deux jours qu’elle en prend, elle va dĂ©jĂ  mieux.
De fait après une semaine, il n’y avait plus trace de jaunisse chez cette femme. Auparavant, j’avais vu un tradipraticien guĂ©rir un psoriasis rebelle et une lèpre lĂ©promateuse, affections pour lesquelles notre mĂ©decine moderne Ă©tait particulièrement impuissante.
Notre infirmier, François N’Kodo, originaire du Sud-Cameroun, m’en procura quelques plants que je fis identifier Ă  mon retour par M. et Mme Raynal, botanistes au MusĂ©um Ă  Paris.
C’Ă©tait du Desmodium adscendens, lĂ©gumineuse qui sert de fourrage aux chèvres en Afrique Ă©quatoriale. Cet usage fourrager donnait une prĂ©somption d’absence de toxicitĂ© de la plante, confirmĂ©e par les guĂ©risseurs africains qui l’utilisaient pour la consommation humaine. Pour
la bonne règle, nous avons effectuĂ© des Ă©tudes toxicologiques que nous avons prises en charge, les Ă©tablissements pharmaceutiques ne s’intĂ©ressant pas Ă  cette plante. Raison invoquĂ©e : trop de travail et donc trop de frais avant d’arriver Ă  produire un mĂ©dicament purifiĂ© et rentable.
Les expertises du Centre international de toxicologie ont Ă©tĂ© rassurantes : aucune toxicitĂ©, pas d’effet mutagène. Nous nous sentions donc moralement le droit d’administrer cette plante africaine en dĂ©coction Ă  des malades. L’un de mes amis a prĂ©sentĂ© une hĂ©patite virale sĂ©vère, et la “tisane” l’a remis sur pied en quatre ou cinq jours. L’Ictère et la fatigue ont disparu, l’appĂ©tit est revenu. Les transaminases sont passĂ©es d’environ 600 unitĂ©s Ă  55 la première semaine et Ă  25 après quinze jours. Pendant quelques annĂ©es, nous nous sommes limitĂ©s, ainsi que les mĂ©decins qui s’intĂ©ressaient Ă  ces plantes, au traitement des hĂ©patites virales.
L’Ă©tude, des trente-quatre premières observations exploitables a montrĂ©, quelle que soit la variĂ©tĂ© de virus, les rĂ©sultats suivants :
Dans les onze cas oĂą le traitement a Ă©tĂ© appliquĂ© avant le troisième jour de l’ictère, le retour Ă  la normale de la couleur des tĂ©guments et des urines s’est effectuĂ© après cinq jours de traitement. Après ces cinq jours, les transaminases G.O.T. et G.P.T., qui Ă©taient en moyenne respectivement Ă  730 et 640 unitĂ©s, ont baissĂ© Ă  65 et 58 (pour une norme de 30 et 25). Le temps de normalisation parfaite n’a pas dĂ©passe vingt jours dans ces onze cas.
Dans les quatorze cas oĂą le traitement a Ă©tĂ© appliquĂ© entre le troisième et le vingtième jour après l’apparition de l’ictère, les transaminases ont baissĂ©, au-dessous du tiers de leur valeur entre le premier jour et le dixième jour du traitement. Enfin, dans les neuf cas (dont les paramètres cliniques et biologiques Ă©taient encore perturbĂ©s) oĂą ce traitement a Ă©tĂ© instaurĂ© après le vingtième jour d’ictère, les rĂ©sultats ont Ă©tĂ© variables.
Il y a eu, dans les neuf cas, un inflĂ©chissement des transaminases, mais la normalisation totale n’a Ă©tĂ© obtenue que dans quatre cas, après des dĂ©lais de deux Ă  quatre mois. Les cinq autres n’ont pas Ă©tĂ© normalisĂ©s, ce fait signifiant le passage Ă  l’hĂ©patite chronique auto-immune.
On sait en effet que, lorsqu’une hĂ©patite virale devient chronique, d’autres facteurs que le virus interviennent : l’auto-immunitĂ©, c’est-Ă -dire l’attaque du tissu hĂ©patique par nos propres dĂ©fenses en quelque sorte trompĂ©es car les messages antigĂ©niques du virus, et la fibrose hĂ©patique, ou les fibres de la cicatrisation enserrent les cellules normales et qui peut aboutir Ă  la cirrhose.

(1) Nom actuel des médecins (ou soignants) traditionnels de l’Afrique. On utilisait autre fois le nom de sorciers, ce qui est malveillant et faux, même si au milieu de leurs thérapeutiques matérielles, ils utilisent des procédés psycho ou parapsychologiques.
(2) Oui peut changer le génome de la cellule et, par conséquent, ouvrir la porte à la cancérisation.
(3). Ce sont des messages chimiques Ă©manant de certaines parties d’un virus ou autre germe, et qui dĂ©clenchent la formation d’anticorps. Mais ces anticorps, dirigĂ©s contre le virus, peuvent aussi, par analogie des cibles s’attaquer Ă  nos propres cellules.”


[Total : 0    Moyenne : 0/5]

PROPRIÉTÉS du Desmodium adscendens bio un antioxydant naturel puissant aux multiples vertus pour la santé humaine .

Famille des Fabacées

NOMS COMMUNS :

CONSTITUANTS PRINCIPAUX :
Des alcaloĂŻdes, des saponines, des flavonoĂŻdes

PARTIES UTILISÉES :
Les feuilles et les tiges

DESCRIPTION :
Le desmodium est une plante vivace, de 50 cm de haut, à multiples branches, à fleurs légèrement pourpres, à feuilles composées de trois folioles ovales.

CULTURE ET RÉCOLTE :
Le desmodium est une plante originaire des zones Ă©quatoriales d’Afrique et d’AmĂ©rique Latine.

PROPRIÉTÉS :

– Antispasmodique
– AnalgĂ©sique
– Antiasthmatique
– Anti-inflammatoire
– DĂ©puratif
– DiurĂ©tique
– VulnĂ©raire

INDICATIONS :

– Asthme
– Troubles du foie
– Bronchite
– Blessures
– Spasmes musculaires
– Maux de tĂŞte

ATTENTION :
Dans de rares cas, le desmodium peut provoquer des nausées ou de la diarrhée.


[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Le desmodium adscendens est une plante rampante ou grimpante, de la famille des PapilionacĂ©es, qui vit principalement dans les zones Ă©quatoriales d’Afrique et d’AmĂ©rique latine dont elle est originaire.

Cette herbacĂ©e Ă  branches multiples ne mesure pas plus de 50 cm et fleurit en septembre et octobre pour donner des panicules lĂ©gèrement pourpres et recourbĂ©es. Ses feuilles composĂ©es de trois folioles ovales sont d’un vert assez clair et prĂ©sentent un revers soyeux. Le desmodium adscendens est traditionnellement appelĂ© la « plante du foie » en raison de son efficacitĂ© dans le traitement des maladies du foie, mais on s’en sert Ă©galement pour soigner les crises d’asthme. Seules les feuilles et les tiges sont utilisĂ©es mĂŞme si les racines sont Ă©galement rĂ©cupĂ©rĂ©es pour la pharmacopĂ©e traditionnelle.
Les principes actifs du desmodium adscendens

Feuille bio de desmodium adscendens

Feuille bio de desmodium adscendens

Les principes actifs, tels que les flavonoïdes, les alcaloïdes et les saponines, lui confèrent des vertus anti-inflammatoires, analgésiques ou diurétiques, qui en font un élément de médication de choix pour soulager différents types de douleurs, pour ne citer que les migraines, le mal de dos, les douleurs articulaires et les pathologies musculaires.
Dans les annĂ©es 1970, le docteur Pierre TubĂ©ry et son Ă©pouse Anne-Marie, qui Ă©tait aussi mĂ©decin, ramenèrent cette plante du Cameroun pour la faire connaĂ®tre Ă  la communautĂ© scientifique europĂ©enne. La plante obtenait des rĂ©sultats surprenants dans la phase ictĂ©rique des hĂ©patites virales. Cette indication donnĂ©e par un infirmier du dispensaire hĂ´pital oĂą ils avaient exercĂ© de 1959 Ă  1963, leur avait permis d’en connaĂ®tre la posologie et, plus tard, d’en faire l’identification botanique au Museum d’histoire naturelle de Paris.

Les guérisons constatées avec le desmodium adscendens

Les guĂ©risons constatĂ©es dans des cas d’hĂ©patite sĂ©vères amenèrent les spĂ©cialistes Ă  Ă©tudier avec beaucoup plus d’intĂ©rĂŞt les propriĂ©tĂ©s pharmaceutiques du desmodium adscendens. Des recherches effectuĂ©es par plusieurs laboratoires europĂ©ens ont rĂ©vĂ©lĂ© l’absence totale de toxicitĂ© et confirmĂ© ses propriĂ©tĂ©s protectrices voire rĂ©gĂ©nĂ©ratrices de la cellule hĂ©patique. Les recherches cliniques ont confirmĂ© que l’action de la plante ne se limitait pas aux troubles hĂ©patiques mais se rĂ©vĂ©lait Ă©galement efficace en cas d’allergie ou d’effets secondaires du traitement chimiothĂ©rapeutique.
On peut dire que le desmodium adscendens constitue une rĂ©ponse adaptĂ©e Ă  toutes les situations dans lesquelles le foie est agressĂ©, que le mĂ©dicament soit pris en gĂ©lule ou sous forme d’extrait liquide. Seule l’utilisation varie avec les pays. Ainsi, en AmĂ©rique latine, les tribus de la forĂŞt amazonienne l’ingèrent sous forme de thĂ© avec ses feuilles, pour rĂ©duire la tension nerveuse, et l’utilisent en bain pour traiter les infections vaginales. Dans certaines parties du BrĂ©sil, les habitants font une dĂ©coction de racines sĂ©chĂ©es pour combattre la malaria. De mĂŞme, au Nicaragua, des tribus soignent la diarrhĂ©e et les maladies vĂ©nĂ©riennes par une dĂ©coction de feuilles.

Utilisation du desmodium adscendens

En Afrique, le desmodium adscendens est utilisĂ© principalement comme remède contre les maladies du foie, l’asthme bronchique, les ulcères d’estomac ou la constipation. Les Ă©tudes ont montrĂ©, par ailleurs, que le desmodium adscendens avait un effet inhibiteur sur l’histamine, qui dĂ©clenche la rĂ©ponse allergique, en contrĂ´lant son action sur les muscles lisses, ce qui rĂ©duit d’autant le rĂ©trĂ©cissement des voies respiratoires et la contraction des poumons. Pour une efficacitĂ© clinique rĂ©elle, la dose de 6 Ă  10g de plante par jour est nĂ©cessaire. Dans le traitement de l’hĂ©patite virale, la posologie habituelle chez l’adulte est de 10g de plante sèche par jour, en dĂ©coction dans 1 litre d’eau bouillie. Le traitement doit ĂŞtre poursuivi tant que les symptĂ´mes n’ont pas disparu et les facteurs biologiques revenus Ă  la normale, ce qui prend en gĂ©nĂ©ral entre 2 et 4 semaines en phase aiguĂ« et de 6 Ă  8 semaines en phase chronique. La mĂŞme prĂ©paration peut ĂŞtre utilisĂ©e dans la prĂ©vention des altĂ©rations hĂ©patiques liĂ©es Ă  une chimiothĂ©rapie, mais en se limitant Ă  6 ou 7g de plante, avec prescription pour une durĂ©e de 7 jours, soit 2 jours avant et 5 jours après le traitement. En cas de nĂ©cessitĂ©, les soins seront poursuivis entre les cures de chimiothĂ©rapie en fonction de l’Ă©tat hĂ©pato-digestif du malade. Dans les affections allergiques, l’asthme en particulier, ou lorsque la posologie classique n’est pas bien tolĂ©rĂ©e, la posologie peut ĂŞtre rĂ©duite de moitiĂ© par rapport Ă  la posologie standard, soit 5g de plante sèche en dĂ©coction par jour. Sous forme de gĂ©lules de 255 mg, la posologie moyenne est de 6 unitĂ©s par jour Ă  prendre au moment des repas.


[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Le Desmodium adscendens a été parfois nommé Desmodium procumbens, les deux vocables faisant allusion à ses longues tiges rampantes qui peuvent s’enrouler sur la base des troncs d’arbres ou autres supports rigides.

Dénomination scientifique de la plante d’origine
Famille : Fabacées (Légumineuses)
Genre : Desmodium
Espèce : adscendens
Initiale du (ou des) botaniste(s) : (Sw)
Autre(s) dénomination(s) : Desmodium procumbens
Partie(s) employée(s) : tiges et feuilles

Posologie
Les présentations sont très nombreuses, mais nous nous limiterons à celles qui sont préparées par le C.R.P.

DESMODIUM – Plante totale sèche
Tiges et feuilles de Desmodium Adscendens, coupées en petits morceaux, à faire bouillir pour obtenir une décoction buvable.
La posologie journalière est de 10g de plante à faire bouillir ¼ d’heure dans trois quarts à un litre d’eau. La décoction, après filtrage, sera consommée dans la journée.

Soluté buvable en flacon
On l’obtient à partir de la décoction citée ci-dessus, concentrée sous vide et aromatisée à l’essence de romarin qui en assure aussi la stérilité.
La posologie journalière est de 20 ml en deux prises chez l’adulte et de 3 ml/10 kg chez l’enfant. Diluer dans un verre d’eau ou de jus de fruit.

Pilulier
Elles contiennent un nébulisat de décoction concentrée. La nébulisation est un procédé qui élimine les substances hygroscopiques pour obtenir une poudre sèche contenant les principes actifs.
3 gĂ©lules contiennent les principes actifs de 10 grammes de plante sèche. C’est donc la posologie quotidienne pour un adulte de corpulence moyenne. On peut ouvrir les gĂ©lules.
Ces deux denières formes (Desmopar et Desmopar fort) sont d’un emploi plus pratique, spĂ©cialement pour les enfants, et la chimiothĂ©rapie.

Les posologies standard peuvent ĂŞtre :
– AugmentĂ©es en cas d’affections sĂ©vères (hĂ©patites graves), jusqu’à 1 cuillerĂ©e Ă  soupe trois fois / jour
– ou diminuĂ©es en cas d’effets secondaires

Effets secondaires du desmodium bio

, rares et immédiatement régressifs si l’on arrête le traitement, pour le reprendre à 1/2 dose (diarrhées, petit état nauséeux).

Au niveau des effets secondaires, seuls quelques rares cas de diarrhées et de vomissements ont été relevés, mais ceux-ci ne sont sans doute pas dû à la plante elle même mais peut être à une bactérie présente sur celle-ci.
Le desmodium est relativement sûr et on peut le prendre à tout âge à condition de ne pas en abuser, comme pour tout traitement, même naturel.


[Total : 2    Moyenne : 1/5]

dĂ©finition, propriĂ©tĂ©s et mode d’emploi du Desmodium bio ,une plante aux MULTIPLES bienfaits pour la santĂ© : protection hĂ©patique.

Le Desmodium, s’est progressivement construit une réputation dans les pays occidentaux au cours de ces dernières années.
C’est ainsi que sur la base du nom Desmodium, apparaissent de nombreux produits dont l’efficacité est discutable.
Par ailleurs, nous constatons que certains thérapeutes ont même oublié les propriétés et indications du Desmodium, se rappelant simplement que c’est une plante “ hépatique ”.

>> Des indications précises
Le Desmodium est une plante sauvage qui pousse naturellement en Afrique Ă©quatoriale.
Elle est bien connue des tradipraticiens de ces régions qui l’utilisent pour les ictères, les allergies et différentes maladies de peau.
Suite aux travaux du Dr Pierre Tubéry mais aussi à plusieurs publications de spécialistes africains, nous savons que le Desmodium bio est avant tout un “protecteur de l’hépatocyte”. Il sera donc utile dans toutes les situations où le foie est agressé par un agent exogène (virus, médicament, chimiothérapie …) ou endogène (réaction auto-immune en particulier).
la plante de Desmodium bio va également favoriser le travail métabolique de l’hépatocyte mais inversement ce n’est pas un bon draineur comme l’artichaut ou le romarin.
Il ne faut donc pas se tromper d’indication. La phytothérapie regorge de draineurs hépato-vésiculaires et dans cet objectif il est conseillé d’utiliser un produit drainant.

Quant au Desmodium, il est avant tout un protecteur hépatique.

Desmodium Bio

Desmodium Bio

>> La qualité avant tout
Plus que de mauvaises indications, nous regrettons de voir de plus en plus de Desmodium d’une qualité médiocre sur le marché.
Pourquoi cette situation? Par une méconnaissance de la botanique ou de la pharmacologie.
Non pas qu’il y ait erreur sur la plante car il est facile de reconnaître le Desmodium et il n’y a jamais d’escroquerie sur ce plan là. Par contre, seule la partie aérienne de la plante est active et trop de produits du marché, contiennent également la racine, diminuant d’autant son efficacité.
Les principes actifs du Desmodium bio sont bien connus mais rares sont les laboratoires capable d’en doser la concentration dans leurs produits.
>> Botanique de la plante de desmodium :
Le desmodium, plus exactement le desmodium penduliflorum est encore appelĂ© lespedeza thunbergii, lespedeza sieboldii ou lespedeza de Formose. C’est un arbuste originaire de Chine, il appartient Ă  la famille des papilionacĂ©es, (fabacĂ©es, lĂ©gumineuses).
Le nom lespedeza a Ă©tĂ© donnĂ© en mĂ©moire d’un gouverneur espagnol de Floride qui s’appelait ainsi.
Cette plante produit chaque année une touffe fournie de tiges longues, souples et retombantes qui ont un encombrement important : 1,5m de haut pour 1,5 à 2m de largeur. Ces tiges sont détruites par les gelées.
Les feuilles alternes sont composées de 3 folioles allongées, vert assez clair et au revers soyeux.
La floraison très abondante intervient en septembre et octobre. Les fleurs pourpre vif sont réunies en panicules longues et retombantes qui peuvent atteindre 50 à 80 cm et former un volume plus important que celui du feuillage.
Cet arbuste prospère en sol normal et pas trop argileux, il apprécie une exposition ensoleillée et assez sèche.
En rĂ©alitĂ©, le desmodium bio et le lespedeza ne sont pas des plantes identiques, elles ne diffèrent toutefois que par leurs fruits. La gousse du desmodium contient plusieurs graines tandis que celle du lespedeza n’en contient qu’une seule.
Il existe de nombreuses espèces de desmodium dont :
desmodium adscendens qui a des propriĂ©tĂ©s mĂ©dicinales très intĂ©ressantes, il a une action antispasmodique puissante, il soigne le foie atteint d’ictère ou de virus et rĂ©gularise les enzymes hĂ©patiques.
Il existe aussi de nombreuses espèces de lespedeza dont les “trèfles du Japon” cultivĂ©s aux États-Unis, ( lespedeza striata ou lespedeza stipulacea), ces lĂ©gumineuses sont cultivĂ©es comme fourrage, pour l’amĂ©lioration des sols ou pour leurs graines apprĂ©ciĂ©es des animaux.

>> Les Ă©tudes du Dr Pierre Tubery
Le Dr Pierre Tubery a rapportĂ© d’un sĂ©jour au Cameroun une plante d’un grand intĂ©rĂŞt: le Desmodium adscendens. Le Desmodium est une plante annuelle de la zone Ă©quatoriale, de la famille des fabacĂ©es.
DĂ©couverte en Afrique oĂą on l’utilise pour soigner l’ictère (jaunisse), due Ă  l’hĂ©patite virale, elle a Ă©tĂ© soumise Ă  des Ă©tudes de toxico-pharmacologie, autant en France qu’en Italie.

Celles-ci ont dĂ©montrĂ© qu’ingĂ©rĂ© sous forme de tisane ou de dĂ©coction concentrĂ©e, le Desmodium ne prĂ©sentait aucune toxicitĂ©. Il n’agit pas contre le virus, mais protège puissamment le foie. Pour certains cas observĂ©s par le Dr Tubery, la persistance de cet effet bĂ©nĂ©fique passe souvent par un traitement Ă  vie, sans effet secondaire.