[Total : 3    Moyenne : 2.3/5]

Le Desmodium adscendens bio antioxydant naturel puissant est une plante herbacée bisannuelle de la famille des Fabacées.

Elle est parfois appelĂ©e Desmodium procumbens. Les deux noms font rĂ©fĂ©rence aux longues tiges rampantes qui peuvent s’enrouler sur des supports rigides.

Description

Feuilles trifoliées alternes. Folioles obovales longues de 15 à 50 mm, larges de 10 à 30 mm. Fleurs de couleur violet clair sur un racème axillaire de 10 à 15 cm. Fruit : gousse verte articulée, longue de 10 à 25 cm, large de 3 mm.

Desmodium adscendens

Desmodium adscendens

Habitat

Elle abonde dans la zone équatoriale humide où elle pousse librement le long des troncs des palmiers à huile ou des cacaoyers, ou dans les jardins potagers. Elle préfère les terrains cultivés ou qui ont été cultivés.

RĂ©partition

Afrique (côte ouest), Inde, Amérique du Sud.

Constituants principaux des parties aériennes

Saponosides triterpénoïdes : soyasaponines I et III, déhydrosoyasaponine I.
Flavonoïdes : isoflavone, composé flavonique, dérivés de flavonol et de flavone.
Anthocyanes :pĂ©largonidine – 3 – 0 – r h a m no s ide, cyanidine-3-0-sophoroside.
AlcaloĂŻdes sous forme de traces.

Usages médicinaux, bienfaits, vertus

On utilise les parties aériennes de la plante.
Jaunisse (phase de dĂ©but des hĂ©patites virales A ou B) – Cameroun et CĂ´te d’Ivoire
Allergies : prĂ©vention de l’asthme. Les tiges et feuilles sont utilisĂ©es par le Center for Scientific Research into Plant Medecine au Ghana pour traiter l’asthme.
Infections ORL
Maladies vénériennes
Ulcères d’estomac
Epilepsie et vertiges. Les tradipraticiens amĂ©rindiens du Venezuela s’en servent contre l’épilepsie.
Constipation
La flore illustrĂ©e du SĂ©nĂ©gal indique que les feuilles de Desmodium adscendens sont utilisĂ©es en dĂ©coction dans le traitement des ulcères d’estomac, la constipation, etc.
Les Ă©tudes pharmacologiques dĂ©montrent une action positive sur les transaminases, d’oĂą son effet de protection du foie.


[Total : 1    Moyenne : 1/5]

Le foie est “l’organe clĂ©” Ă  prĂ©server pour avoir une santĂ© de fer! Il assure avec la vĂ©sicule biliaire, un certain nombre de fonctions essentielles de l’organisme et desmodium est son meilleur alliĂ©.

L’une de ses fonctions principales est relative à la digestion et à la production d’enzymes digestives qui sont déversées dans l’intestin grêle. Le foie aide aussi à contrôler le métabolisme et collabore avec le système immunitaire pour combattre les cellules et substances nocives qui menacent l’organisme.
Le rĂ´le du foie est donc de protĂ©ger notre mĂ©tabolisme de toutes les intoxications possibles : alcool, polluants, produits de synthèse, mĂ©taux lourds, mĂ©dicaments hĂ©patotoxiques…
En bloquant toutes ces substances dites « xénobiotiques », qui peuvent attaquer et provoquer des maux de ventre, nausées ou pathologies beaucoup plus graves, le foie désintoxifie l’organisme. Il élimine toutes les toxines issues du fonctionnement de notre organisme et celles provenant de l’extérieur dues aux pollutions diverses…
Outre cette fonction majeure, le foie permet également de transformer les acides aminés en protéines et de réguler la quantité de sucre dans le sang. Il fabrique de nombreux enzymes, hormones et anticorps qui lui permettent de détruire des agents pathogènes comme les virus, bactéries, champignons, et d’agir contre les radicaux libres.
Enfin il stocke les nutriments venant de la digestion comme les glucides mais aussi les oligo-éléments et le fer, le cuivre et les vitamines A, B12, D, E et K.

Le desmodium protection du foie

Le desmodium protection du foie

Cependant, nos vies modernes ont tendance à malmener notre foie : La pollution, le stress, notre alimentation riche en graisses et en sucres,.. Après toutes ces accumulations, le foie est « engorgé », et a du mal à fonctionner normalement. Comment y remédier ?
Le rôle majeur du foie impose qu’on lui accorde une attention particulière. Cela passe par une alimentation saine mais aussi par le biais d’une supplémentation nutritionnelle adaptée.

Le DESMODIUM, en micro-nutrition l’une des plantes les plus efficaces pour dĂ©toxifier l’organisme
Utilisée traditionnellement en Afrique équatoriale et en Amérique latine pour soulager les troubles du foie, cette plante herbacée (desmodium adscendens) a montré d’excellents résultats au cours des études cliniques pour réduire la toxicité hépatique de diverses substances : le desmodium réduit la teneur en transaminases, un marqueur de la souffrance hépatique. Certains médecins français l’utilisent en cas d’hépatite. Son activité est liée à son contenu en substances alcaloïdes spécifiques aux effets détoxifiants et anti-inflammatoires.
En rĂ©duisant le niveau des transaminases, le desmodium bio est la rĂ©ponse naturelle et adaptĂ©e dans toutes les situations oĂą le foie est agressĂ© par un agent exogène (virus, mĂ©dicament, chimiothĂ©rapie…) ou endogène (rĂ©action auto-immune en particulier).


[Total : 3    Moyenne : 1.7/5]

Le Desmodium, plante africaine communĂ©ment utilisĂ©e pour le bĂ©tail des chèvres, plante ancestrale des tradipraticiens africains (Sierra LĂ©one) n’a aucune toxicitĂ©, ni effet secondaire.

Ce complément alimentaire ne se substitue pas à un régime alimentaire varié et équilibré ni à un mode de vie sain.
– PrĂ©vention de l’Ă©volution des hĂ©patites virales vers la cirrhose et la fibrose
– AmĂ©lioration du mĂ©tabolisme hĂ©patique avec Silymarine et ThĂ© Vert. On conseille un Ă  trois comprimĂ©s par jour d’extrait standardisĂ©
– Accompagnement des chimiothĂ©rapies cytotoxiques et de tout traitement mĂ©dicamenteux Ă  risque hĂ©patique.

Les docteurs Anne-Marie et Pierre TubĂ©ry ont travaillĂ© cinq ans dans un dispensaire fondĂ© par les Petits-Frères-de-Foucaud au milieu des populations montagnardes du Nord-Cameroun. Ils voulaient, dans un souci humanitaire, leur apporter les bienfaits de la mĂ©decine moderne. Mais, en raison de leur contact Ă©troit avec la population locale, ils ont constatĂ© que l’Afrique pouvait – et devait – apporter une contribution Importante Ă  la mĂ©decine universelle.

Desmodium frais

Desmodium frais

“Dans les rĂ©gions oĂą le milieu est particulièrement agressif sur le, plan sanitaire, l’humanitĂ© ne peut survivre que si elle dispose d’une mĂ©decine efficace, mĂŞme si elle est traditionnelle.
Cette affirmation mĂ©riterait certes d’ĂŞtre dĂ©veloppĂ©e, mais prenons un seul exemple : l’hĂ©patite virale est très courante en Afrique et. dans de nombreuses rĂ©gions, elle est bien maĂ®trisĂ©e par les tradipraticiens (1) et leurs plantes hĂ©patoprotectrices. Parmi celles-ci, le Desmodium adscendens est particulièrement efficace. Il en existe d’autres, mais qui n’ont pas fait l’objet d’Ă©tudes aussi approfondies.
En 1963, dans une de ces auberges africaines, qu’on trouve aux carrefours des pistes, je rencontre un vieil ami, colon français bien intĂ©grĂ© au Cameroun.
– Comment allez-vous ?
– Moi, bien. Par contre ; ma femme a une bonne jaunisse et je sais que vous n’avez rien pour ça. Mais il y a ici des guĂ©risseurs qui ont une plante formidable. D’ailleurs, depuis deux jours qu’elle en prend, elle va dĂ©jĂ  mieux.
De fait après une semaine, il n’y avait plus trace de jaunisse chez cette femme. Auparavant, j’avais vu un tradipraticien guĂ©rir un psoriasis rebelle et une lèpre lĂ©promateuse, affections pour lesquelles notre mĂ©decine moderne Ă©tait particulièrement impuissante.
Notre infirmier, François N’Kodo, originaire du Sud-Cameroun, m’en procura quelques plants que je fis identifier Ă  mon retour par M. et Mme Raynal, botanistes au MusĂ©um Ă  Paris.
C’Ă©tait du Desmodium adscendens, lĂ©gumineuse qui sert de fourrage aux chèvres en Afrique Ă©quatoriale. Cet usage fourrager donnait une prĂ©somption d’absence de toxicitĂ© de la plante, confirmĂ©e par les guĂ©risseurs africains qui l’utilisaient pour la consommation humaine. Pour
la bonne règle, nous avons effectuĂ© des Ă©tudes toxicologiques que nous avons prises en charge, les Ă©tablissements pharmaceutiques ne s’intĂ©ressant pas Ă  cette plante. Raison invoquĂ©e : trop de travail et donc trop de frais avant d’arriver Ă  produire un mĂ©dicament purifiĂ© et rentable.
Les expertises du Centre international de toxicologie ont Ă©tĂ© rassurantes : aucune toxicitĂ©, pas d’effet mutagène. Nous nous sentions donc moralement le droit d’administrer cette plante africaine en dĂ©coction Ă  des malades. L’un de mes amis a prĂ©sentĂ© une hĂ©patite virale sĂ©vère, et la “tisane” l’a remis sur pied en quatre ou cinq jours. L’Ictère et la fatigue ont disparu, l’appĂ©tit est revenu. Les transaminases sont passĂ©es d’environ 600 unitĂ©s Ă  55 la première semaine et Ă  25 après quinze jours. Pendant quelques annĂ©es, nous nous sommes limitĂ©s, ainsi que les mĂ©decins qui s’intĂ©ressaient Ă  ces plantes, au traitement des hĂ©patites virales.
L’Ă©tude, des trente-quatre premières observations exploitables a montrĂ©, quelle que soit la variĂ©tĂ© de virus, les rĂ©sultats suivants :
Dans les onze cas oĂą le traitement a Ă©tĂ© appliquĂ© avant le troisième jour de l’ictère, le retour Ă  la normale de la couleur des tĂ©guments et des urines s’est effectuĂ© après cinq jours de traitement. Après ces cinq jours, les transaminases G.O.T. et G.P.T., qui Ă©taient en moyenne respectivement Ă  730 et 640 unitĂ©s, ont baissĂ© Ă  65 et 58 (pour une norme de 30 et 25). Le temps de normalisation parfaite n’a pas dĂ©passe vingt jours dans ces onze cas.
Dans les quatorze cas oĂą le traitement a Ă©tĂ© appliquĂ© entre le troisième et le vingtième jour après l’apparition de l’ictère, les transaminases ont baissĂ©, au-dessous du tiers de leur valeur entre le premier jour et le dixième jour du traitement. Enfin, dans les neuf cas (dont les paramètres cliniques et biologiques Ă©taient encore perturbĂ©s) oĂą ce traitement a Ă©tĂ© instaurĂ© après le vingtième jour d’ictère, les rĂ©sultats ont Ă©tĂ© variables.
Il y a eu, dans les neuf cas, un inflĂ©chissement des transaminases, mais la normalisation totale n’a Ă©tĂ© obtenue que dans quatre cas, après des dĂ©lais de deux Ă  quatre mois. Les cinq autres n’ont pas Ă©tĂ© normalisĂ©s, ce fait signifiant le passage Ă  l’hĂ©patite chronique auto-immune.
On sait en effet que, lorsqu’une hĂ©patite virale devient chronique, d’autres facteurs que le virus interviennent : l’auto-immunitĂ©, c’est-Ă -dire l’attaque du tissu hĂ©patique par nos propres dĂ©fenses en quelque sorte trompĂ©es car les messages antigĂ©niques du virus, et la fibrose hĂ©patique, ou les fibres de la cicatrisation enserrent les cellules normales et qui peut aboutir Ă  la cirrhose.

(1) Nom actuel des médecins (ou soignants) traditionnels de l’Afrique. On utilisait autre fois le nom de sorciers, ce qui est malveillant et faux, même si au milieu de leurs thérapeutiques matérielles, ils utilisent des procédés psycho ou parapsychologiques.
(2) Oui peut changer le génome de la cellule et, par conséquent, ouvrir la porte à la cancérisation.
(3). Ce sont des messages chimiques Ă©manant de certaines parties d’un virus ou autre germe, et qui dĂ©clenchent la formation d’anticorps. Mais ces anticorps, dirigĂ©s contre le virus, peuvent aussi, par analogie des cibles s’attaquer Ă  nos propres cellules.”


[Total : 0    Moyenne : 0/5]

PROPRIÉTÉS du Desmodium adscendens bio un antioxydant naturel puissant aux multiples vertus pour la santé humaine .

Famille des Fabacées

NOMS COMMUNS :

CONSTITUANTS PRINCIPAUX :
Des alcaloĂŻdes, des saponines, des flavonoĂŻdes

PARTIES UTILISÉES :
Les feuilles et les tiges

DESCRIPTION :
Le desmodium est une plante vivace, de 50 cm de haut, à multiples branches, à fleurs légèrement pourpres, à feuilles composées de trois folioles ovales.

CULTURE ET RÉCOLTE :
Le desmodium est une plante originaire des zones Ă©quatoriales d’Afrique et d’AmĂ©rique Latine.

PROPRIÉTÉS :

– Antispasmodique
– AnalgĂ©sique
– Antiasthmatique
– Anti-inflammatoire
– DĂ©puratif
– DiurĂ©tique
– VulnĂ©raire

INDICATIONS :

– Asthme
– Troubles du foie
– Bronchite
– Blessures
– Spasmes musculaires
– Maux de tĂŞte

ATTENTION :
Dans de rares cas, le desmodium peut provoquer des nausées ou de la diarrhée.


[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Le desmodium adscendens est une plante rampante ou grimpante, de la famille des PapilionacĂ©es, qui vit principalement dans les zones Ă©quatoriales d’Afrique et d’AmĂ©rique latine dont elle est originaire.

Cette herbacĂ©e Ă  branches multiples ne mesure pas plus de 50 cm et fleurit en septembre et octobre pour donner des panicules lĂ©gèrement pourpres et recourbĂ©es. Ses feuilles composĂ©es de trois folioles ovales sont d’un vert assez clair et prĂ©sentent un revers soyeux. Le desmodium adscendens est traditionnellement appelĂ© la « plante du foie » en raison de son efficacitĂ© dans le traitement des maladies du foie, mais on s’en sert Ă©galement pour soigner les crises d’asthme. Seules les feuilles et les tiges sont utilisĂ©es mĂŞme si les racines sont Ă©galement rĂ©cupĂ©rĂ©es pour la pharmacopĂ©e traditionnelle.
Les principes actifs du desmodium adscendens

Feuille bio de desmodium adscendens

Feuille bio de desmodium adscendens

Les principes actifs, tels que les flavonoïdes, les alcaloïdes et les saponines, lui confèrent des vertus anti-inflammatoires, analgésiques ou diurétiques, qui en font un élément de médication de choix pour soulager différents types de douleurs, pour ne citer que les migraines, le mal de dos, les douleurs articulaires et les pathologies musculaires.
Dans les annĂ©es 1970, le docteur Pierre TubĂ©ry et son Ă©pouse Anne-Marie, qui Ă©tait aussi mĂ©decin, ramenèrent cette plante du Cameroun pour la faire connaĂ®tre Ă  la communautĂ© scientifique europĂ©enne. La plante obtenait des rĂ©sultats surprenants dans la phase ictĂ©rique des hĂ©patites virales. Cette indication donnĂ©e par un infirmier du dispensaire hĂ´pital oĂą ils avaient exercĂ© de 1959 Ă  1963, leur avait permis d’en connaĂ®tre la posologie et, plus tard, d’en faire l’identification botanique au Museum d’histoire naturelle de Paris.

Les guérisons constatées avec le desmodium adscendens

Les guĂ©risons constatĂ©es dans des cas d’hĂ©patite sĂ©vères amenèrent les spĂ©cialistes Ă  Ă©tudier avec beaucoup plus d’intĂ©rĂŞt les propriĂ©tĂ©s pharmaceutiques du desmodium adscendens. Des recherches effectuĂ©es par plusieurs laboratoires europĂ©ens ont rĂ©vĂ©lĂ© l’absence totale de toxicitĂ© et confirmĂ© ses propriĂ©tĂ©s protectrices voire rĂ©gĂ©nĂ©ratrices de la cellule hĂ©patique. Les recherches cliniques ont confirmĂ© que l’action de la plante ne se limitait pas aux troubles hĂ©patiques mais se rĂ©vĂ©lait Ă©galement efficace en cas d’allergie ou d’effets secondaires du traitement chimiothĂ©rapeutique.
On peut dire que le desmodium adscendens constitue une rĂ©ponse adaptĂ©e Ă  toutes les situations dans lesquelles le foie est agressĂ©, que le mĂ©dicament soit pris en gĂ©lule ou sous forme d’extrait liquide. Seule l’utilisation varie avec les pays. Ainsi, en AmĂ©rique latine, les tribus de la forĂŞt amazonienne l’ingèrent sous forme de thĂ© avec ses feuilles, pour rĂ©duire la tension nerveuse, et l’utilisent en bain pour traiter les infections vaginales. Dans certaines parties du BrĂ©sil, les habitants font une dĂ©coction de racines sĂ©chĂ©es pour combattre la malaria. De mĂŞme, au Nicaragua, des tribus soignent la diarrhĂ©e et les maladies vĂ©nĂ©riennes par une dĂ©coction de feuilles.

Utilisation du desmodium adscendens

En Afrique, le desmodium adscendens est utilisĂ© principalement comme remède contre les maladies du foie, l’asthme bronchique, les ulcères d’estomac ou la constipation. Les Ă©tudes ont montrĂ©, par ailleurs, que le desmodium adscendens avait un effet inhibiteur sur l’histamine, qui dĂ©clenche la rĂ©ponse allergique, en contrĂ´lant son action sur les muscles lisses, ce qui rĂ©duit d’autant le rĂ©trĂ©cissement des voies respiratoires et la contraction des poumons. Pour une efficacitĂ© clinique rĂ©elle, la dose de 6 Ă  10g de plante par jour est nĂ©cessaire. Dans le traitement de l’hĂ©patite virale, la posologie habituelle chez l’adulte est de 10g de plante sèche par jour, en dĂ©coction dans 1 litre d’eau bouillie. Le traitement doit ĂŞtre poursuivi tant que les symptĂ´mes n’ont pas disparu et les facteurs biologiques revenus Ă  la normale, ce qui prend en gĂ©nĂ©ral entre 2 et 4 semaines en phase aiguĂ« et de 6 Ă  8 semaines en phase chronique. La mĂŞme prĂ©paration peut ĂŞtre utilisĂ©e dans la prĂ©vention des altĂ©rations hĂ©patiques liĂ©es Ă  une chimiothĂ©rapie, mais en se limitant Ă  6 ou 7g de plante, avec prescription pour une durĂ©e de 7 jours, soit 2 jours avant et 5 jours après le traitement. En cas de nĂ©cessitĂ©, les soins seront poursuivis entre les cures de chimiothĂ©rapie en fonction de l’Ă©tat hĂ©pato-digestif du malade. Dans les affections allergiques, l’asthme en particulier, ou lorsque la posologie classique n’est pas bien tolĂ©rĂ©e, la posologie peut ĂŞtre rĂ©duite de moitiĂ© par rapport Ă  la posologie standard, soit 5g de plante sèche en dĂ©coction par jour. Sous forme de gĂ©lules de 255 mg, la posologie moyenne est de 6 unitĂ©s par jour Ă  prendre au moment des repas.


[Total : 2    Moyenne : 3.5/5]

Le Desmodium bio antioxydant naturel puissant gyrans ou Codariocalyx motorius dit la”PLANTE QUI DANSE / PLANTE SENSITIVE”
Le Codariocalyx motorius “DESMODIUM GYRANS” est une espèce tropicale d’Asie. L’une des rares plantes capables de mouvements rapides comme le Mimosa pudica.

Le Desmodium gyrans est une plante connue pour son mouvement de feuilles latĂ©rales Ă  une vitesse rapide pour ĂŞtre perceptible Ă  l’Ĺ“il nu.

Il s’agit d’une stratĂ©gie visant Ă  maximiser la lumière du soleil. Chaque feuille est Ă©quipĂ© d’une charnière qui permet de les dĂ©placer afin de recevoir plus de lumière solaire. Afin d’optimiser la circulation des grandes feuilles, chaque grande feuille a deux petites folioles Ă  sa base. Elles se dĂ©placent constamment le long d’une trajectoire elliptique.

Culture et type de terre:

Le Desmodium gyrans ou Codariocalyx motorius pousse dans une terre Ă  PH acide.

Bien drainer le fond du pot de Codariocalyx motorius avec des graviers.

L’humidité pour la culture :

Le Desmodium gyrans doit être bien arroser en été.

En hiver, ne pas trop arroser, une fois toute les deux semaines suffit.

La lumière :

La plante de Desmodium demande beaucoup de lumiere vive, Ă  placer mi-ombre ou derriere une fenetre .
En ce qui concerne les lumières artificiel, préférer des HPS ou MH.

La température pour une culture idéale :

Le Desmodium gyrans pousse très bien lorsque la température varie de 20 à 35°c.

Pensez a bien rentrer vos plants l’hiver.

Le semi:

Semez les graines de Desmodium gyrans sous 1/2 cm de terreau arroser a l’aide d’un pulvĂ©risateur.

Placez le pot de Codariocalyx motorius sous serre a une température de 25°c à 40°c.

Vous pouvez Ă©galement les faire germer dans du coton humide placer près d’une source de chaleur.

Les graines germent en une Ă  trois semaines.


[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Le Desmodium adscendens a été parfois nommé Desmodium procumbens, les deux vocables faisant allusion à ses longues tiges rampantes qui peuvent s’enrouler sur la base des troncs d’arbres ou autres supports rigides.

Dénomination scientifique de la plante d’origine
Famille : Fabacées (Légumineuses)
Genre : Desmodium
Espèce : adscendens
Initiale du (ou des) botaniste(s) : (Sw)
Autre(s) dénomination(s) : Desmodium procumbens
Partie(s) employée(s) : tiges et feuilles

Posologie
Les présentations sont très nombreuses, mais nous nous limiterons à celles qui sont préparées par le C.R.P.

DESMODIUM – Plante totale sèche
Tiges et feuilles de Desmodium Adscendens, coupées en petits morceaux, à faire bouillir pour obtenir une décoction buvable.
La posologie journalière est de 10g de plante à faire bouillir ¼ d’heure dans trois quarts à un litre d’eau. La décoction, après filtrage, sera consommée dans la journée.

Soluté buvable en flacon
On l’obtient à partir de la décoction citée ci-dessus, concentrée sous vide et aromatisée à l’essence de romarin qui en assure aussi la stérilité.
La posologie journalière est de 20 ml en deux prises chez l’adulte et de 3 ml/10 kg chez l’enfant. Diluer dans un verre d’eau ou de jus de fruit.

Pilulier
Elles contiennent un nébulisat de décoction concentrée. La nébulisation est un procédé qui élimine les substances hygroscopiques pour obtenir une poudre sèche contenant les principes actifs.
3 gĂ©lules contiennent les principes actifs de 10 grammes de plante sèche. C’est donc la posologie quotidienne pour un adulte de corpulence moyenne. On peut ouvrir les gĂ©lules.
Ces deux denières formes (Desmopar et Desmopar fort) sont d’un emploi plus pratique, spĂ©cialement pour les enfants, et la chimiothĂ©rapie.

Les posologies standard peuvent ĂŞtre :
– AugmentĂ©es en cas d’affections sĂ©vères (hĂ©patites graves), jusqu’à 1 cuillerĂ©e Ă  soupe trois fois / jour
– ou diminuĂ©es en cas d’effets secondaires

Effets secondaires du desmodium bio

, rares et immédiatement régressifs si l’on arrête le traitement, pour le reprendre à 1/2 dose (diarrhées, petit état nauséeux).

Au niveau des effets secondaires, seuls quelques rares cas de diarrhées et de vomissements ont été relevés, mais ceux-ci ne sont sans doute pas dû à la plante elle même mais peut être à une bactérie présente sur celle-ci.
Le desmodium est relativement sûr et on peut le prendre à tout âge à condition de ne pas en abuser, comme pour tout traitement, même naturel.


[Total : 2    Moyenne : 1/5]

dĂ©finition, propriĂ©tĂ©s et mode d’emploi du Desmodium bio ,une plante aux MULTIPLES bienfaits pour la santĂ© : protection hĂ©patique.

Le Desmodium, s’est progressivement construit une réputation dans les pays occidentaux au cours de ces dernières années.
C’est ainsi que sur la base du nom Desmodium, apparaissent de nombreux produits dont l’efficacité est discutable.
Par ailleurs, nous constatons que certains thérapeutes ont même oublié les propriétés et indications du Desmodium, se rappelant simplement que c’est une plante “ hépatique ”.

>> Des indications précises
Le Desmodium est une plante sauvage qui pousse naturellement en Afrique Ă©quatoriale.
Elle est bien connue des tradipraticiens de ces régions qui l’utilisent pour les ictères, les allergies et différentes maladies de peau.
Suite aux travaux du Dr Pierre Tubéry mais aussi à plusieurs publications de spécialistes africains, nous savons que le Desmodium bio est avant tout un “protecteur de l’hépatocyte”. Il sera donc utile dans toutes les situations où le foie est agressé par un agent exogène (virus, médicament, chimiothérapie …) ou endogène (réaction auto-immune en particulier).
la plante de Desmodium bio va également favoriser le travail métabolique de l’hépatocyte mais inversement ce n’est pas un bon draineur comme l’artichaut ou le romarin.
Il ne faut donc pas se tromper d’indication. La phytothérapie regorge de draineurs hépato-vésiculaires et dans cet objectif il est conseillé d’utiliser un produit drainant.

Quant au Desmodium, il est avant tout un protecteur hépatique.

Desmodium Bio

Desmodium Bio

>> La qualité avant tout
Plus que de mauvaises indications, nous regrettons de voir de plus en plus de Desmodium d’une qualité médiocre sur le marché.
Pourquoi cette situation? Par une méconnaissance de la botanique ou de la pharmacologie.
Non pas qu’il y ait erreur sur la plante car il est facile de reconnaître le Desmodium et il n’y a jamais d’escroquerie sur ce plan là. Par contre, seule la partie aérienne de la plante est active et trop de produits du marché, contiennent également la racine, diminuant d’autant son efficacité.
Les principes actifs du Desmodium bio sont bien connus mais rares sont les laboratoires capable d’en doser la concentration dans leurs produits.
>> Botanique de la plante de desmodium :
Le desmodium, plus exactement le desmodium penduliflorum est encore appelĂ© lespedeza thunbergii, lespedeza sieboldii ou lespedeza de Formose. C’est un arbuste originaire de Chine, il appartient Ă  la famille des papilionacĂ©es, (fabacĂ©es, lĂ©gumineuses).
Le nom lespedeza a Ă©tĂ© donnĂ© en mĂ©moire d’un gouverneur espagnol de Floride qui s’appelait ainsi.
Cette plante produit chaque année une touffe fournie de tiges longues, souples et retombantes qui ont un encombrement important : 1,5m de haut pour 1,5 à 2m de largeur. Ces tiges sont détruites par les gelées.
Les feuilles alternes sont composées de 3 folioles allongées, vert assez clair et au revers soyeux.
La floraison très abondante intervient en septembre et octobre. Les fleurs pourpre vif sont réunies en panicules longues et retombantes qui peuvent atteindre 50 à 80 cm et former un volume plus important que celui du feuillage.
Cet arbuste prospère en sol normal et pas trop argileux, il apprécie une exposition ensoleillée et assez sèche.
En rĂ©alitĂ©, le desmodium bio et le lespedeza ne sont pas des plantes identiques, elles ne diffèrent toutefois que par leurs fruits. La gousse du desmodium contient plusieurs graines tandis que celle du lespedeza n’en contient qu’une seule.
Il existe de nombreuses espèces de desmodium dont :
desmodium adscendens qui a des propriĂ©tĂ©s mĂ©dicinales très intĂ©ressantes, il a une action antispasmodique puissante, il soigne le foie atteint d’ictère ou de virus et rĂ©gularise les enzymes hĂ©patiques.
Il existe aussi de nombreuses espèces de lespedeza dont les “trèfles du Japon” cultivĂ©s aux États-Unis, ( lespedeza striata ou lespedeza stipulacea), ces lĂ©gumineuses sont cultivĂ©es comme fourrage, pour l’amĂ©lioration des sols ou pour leurs graines apprĂ©ciĂ©es des animaux.

>> Les Ă©tudes du Dr Pierre Tubery
Le Dr Pierre Tubery a rapportĂ© d’un sĂ©jour au Cameroun une plante d’un grand intĂ©rĂŞt: le Desmodium adscendens. Le Desmodium est une plante annuelle de la zone Ă©quatoriale, de la famille des fabacĂ©es.
DĂ©couverte en Afrique oĂą on l’utilise pour soigner l’ictère (jaunisse), due Ă  l’hĂ©patite virale, elle a Ă©tĂ© soumise Ă  des Ă©tudes de toxico-pharmacologie, autant en France qu’en Italie.

Celles-ci ont dĂ©montrĂ© qu’ingĂ©rĂ© sous forme de tisane ou de dĂ©coction concentrĂ©e, le Desmodium ne prĂ©sentait aucune toxicitĂ©. Il n’agit pas contre le virus, mais protège puissamment le foie. Pour certains cas observĂ©s par le Dr Tubery, la persistance de cet effet bĂ©nĂ©fique passe souvent par un traitement Ă  vie, sans effet secondaire.


[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Les effets bienfaisants de la bardane s’attĂ©nuant sur mon organisme, il m’a fallu trouver d’autres solutions. Certaines plantes mĂ©dicinales, inconnues de nous jusqu’Ă  ces dernières annĂ©es, doivent attirer notre attention.

Les médecines traditionnelles les comptent parfois depuis des siècles dans leur pharmacopée, en Asie, en Afrique et en Amazonie notamment. Ces plantes sont, à présent, à notre portée.
En voici quelques unes qui me semblent particulièrement intéressantes pour lutter contre le cancer.

LA GRIFFE DE CHAT (uncaria tomentosa)
Il est impossible de citer toutes les applications de cette plante d’Amazonie. Elle possède de puissantes propriĂ©tĂ©s anti-inflammatoires, antivirales, antitumorales, antirhumatismales, antileucĂ©miques. Elle amĂ©liore le fonctionnement du système immunitaire, de l’appareil digestif. Elle a un effet lĂ©gèrement laxatif. Elle traite cirrhoses, gastrites, diabète, acnĂ©, champignons. En cas de chimiothĂ©rapie ou de radiothĂ©rapie, elle rĂ©duit les effets secondaires liĂ©s Ă  ces traitements.
Personnellement, j’ai ressenti dans les 24 heures une amĂ©lioration tant de mon Ă©tat gĂ©nĂ©ral que localement après avoir bu trois tasses de griffe de chat.
Pour trois tasses, mettre une petite cuillerĂ©e Ă  cafĂ© de plante (racines ou Ă©corces) dans une bonne quantitĂ© d’eau froide. Faire bouillir cette dĂ©coction de 15 et 30 mn. Ne pas hĂ©siter Ă  couper d’eau cette tisane si elle est concentrĂ©e afin d’Ă©viter d’aggresser l’organisme car cette plante est puissante en petite quantitĂ©. On ne lui connaĂ®t pas d’effets secondaires. L’Ă©viter cependant en cas d’allaitement et ne pas en donner Ă  un enfant de moins de trois ans.

LA GOMPHRENA (gomphrena globosa)
En Amazonie, on utilise ses racines, en Asie, Ă©galement ses fleurs. Cette plante est très intĂ©ressante en raison de certains de ses composants, en particulier : sĂ©lĂ©nium et germanium, deux minĂ©raux anti-cancĂ©reux qui ont l’avantage dans ce cas d’ĂŞtre sous forme organique et ainsi mieux assimilables.
Outre ses propriĂ©tĂ©s anti-oxydantes, cette plante permet de lutter très efficacement contre le stress, l’anxiĂ©tĂ©, la fatigue et l’agressivitĂ©. Elle favorise le sommeil, la mĂ©moire, la concentration, la digestion. Elle relaxe les muscles en augmentant leur force. Elle est recommandĂ©e aux sportifs, aux personnes âgĂ©es. Elle ralentit le vieillissement de la peau. On ne lui connaĂ®t pas d’effets secondaires, elle n’est toutefois pas conseillĂ©e aux personnes souffrant de certaines colites.
J’utilise ses fleurs en infusion (10 mn) Ă  raison d’une fleur par tasse.

L’ASTRAGALE (astragalus membranaceus)
Cette plante stimule le système immunitaire des personnes faibles ou âgĂ©es. Elle montre des propriĂ©tĂ©s antivirales, antimicrobiennes et antibiotiques. Elle permet de prĂ©venir les infections respiratoires. Elle agit sur certains troubles cardiaques, hĂ©patiques, sur l’herpès, la tuberculose. D’après certains chercheurs, l’astragale agit comme catalyseur de l’interfĂ©ron et elle permettrait de rĂ©tablir l’activitĂ© des lymphocites T chez les cancĂ©reux.
Les effets indésirables sont rares et bénins. Elle fait partie de la famille des légumineuses, à ce titre, elle peut être moins digeste pour certains.
J’utilise l’astragale (racines en tranches) en dĂ©coctions (Ă©bullition de 15 Ă  30mn).

LE DESMODIUM (desmodium adscendens)
C’est un remarquable protecteur du foie. il montre son efficacitĂ© sur les hĂ©patites virales A, sur de nombreuses hĂ©patites virales B et sur certaines hĂ©patites C. Il exerce un effet protecteur contre les consĂ©quences hĂ©patodigestives des chimiothĂ©rapies anticancĂ©reuses. C’est un antispasmodique. Il est utilisĂ© contre les allergies, l’asthme. Il exerce un effet prĂ©curseur et plus puissant que celui des antihistaminiques classiques. J’ai pu tester, sur une bronchite virale, l’efficacitĂ© du desmodium associĂ© Ă  de l’huile essentielle de cinnamomum camphora et localement Ă  de l’huile essentielle d’eucalyptus globulus.
Bien que n’ayant pas une action directe contre le cancer, il me semble que le desmodium notamment parce qu’il est protecteur du foie, mĂ©rite de figurer sur cette liste. On ne lui connaĂ®t pas d’effets secondaires.
J’utilise le desmodium (feuilles) en dĂ©coction (Ă©bullition de 15 Ă  30 mn).

Desmodium adscendens bio anti cancer

Desmodium adscendens bio anti cancer

LE PACHYME (poria cocos)
Ce champignon est un tonique recommandĂ© aux personnes malades, âgĂ©es ainsi qu’aux enfants. C’est un cardiotonique, il lutte contre la fatigue chronique et stimule le système immunitaire. Il Ă©claircit le teint, lutte contre l’acnĂ© et le psoriasis. C’est un protecteur du foie, de la rate, il stimule l’appĂ©tit. Il est antitumoral, antimutagène, antiviral et anti-inflammatoire.
J’utilise le pachyme (en cubes) en dĂ©coctions (Ă©bullition de 15 Ă  30mn).

L’EUCOMMIA (eucommia ulmoides)
L’Ă©corce d’eucommia est protectrice du foie et des reins. Elle fortifie les os, les tendons et les ligaments et assouplit le squelette. Elle permet de lutter contre l’arthrite et l’arthrose. Elle exerce une action hypotensive. Elle nous intĂ©resse particulièrement pour ses propriĂ©tĂ©s anti-inflammatoires, parce qu’elle renforce le système immunitaire, stimule les phagocytes et induit la production d’interfĂ©ron par le corps humain. On ne lui connaĂ®t pas d’effets secondaires.
J’utilise l’eucommia (Ă©corce) en dĂ©coction (Ă©bullition de 15 Ă  30 mn).

Par ailleurs, je déconseille totalement certaines plantes aux cancéreux, notamment :
– LA DIOSCOREA (dioscorea oposita) en raison de ses effets hormonaux qui m’ont redonnĂ© dans les 24 heures mes signes de cancer ;
– LA REGLISSE (glycyrrhiza glabra) en raison de ses effets quasi hormonaux et parce qu’elle provoque une perte de potassium or les cancĂ©reux en sont carencĂ©s. Le milieu intercellulaire contient normalement essentiellement du potassium or dans les tissus cancĂ©reux, le potassium est remplacĂ© par du sodium.


 

Vos serez surement intéressé par ces blogs : sel de Guerande, les fleurs de bach, l'aloe vera, la plante de stevia bio, les femmes nappy, le fruit du camu camu, le sel de Guérande, l'arbre du baobab, la feuille de menthe bio, le fruit de grenade bio, la baie d'aronia bio, chia bio, le fruit de l'acerola bio, le fruit de maqui bio, le fruit de guarana bio, l'huile de jojoba bio, la boisson de maté bio, le silicium organique, utilisation du chanvre bio, le thé de rooibos, l'huile d'argan, konjac bio coupe faim, les antioxydants naturels, le sirop agave biologique, physalis peruviana, la racine de gingembre biologique, le citron yuzu bio, le fruit de cupuacu biologique, la baie d'arbouse bio, la vigne rouge bio pour la circulation, urucum bio contre le cancer de la peau, le fruit de lucuma bio, les amandes biologiques, la cerise, le fruit de mangoustan bio, le thym antioxydant, levure de riz, le citron vert, les antioxydants naturels puissants, le raisin riche en antioxydant, l'ortie bio riche en silice, la baie de sureau, le goji de l'Himalaya, les baies de goji Himalaya, les antioxydants naturels puissants, la pulpe de baobab biologique, les protéine biologique, beurre de karite bio, le fruit de l'argousier bio, la poudre de baobab bio, la feuilles de ginkgo biologique,le goji biologique, le champignon reishi biologique, le transhumanisme, les sushis japonais, le fruit du baobab bio, les baies de goji biologique, la pharmacie biologique, le cannabis biologique, la marijuana biologique, les insectes comestibles, les prooxydants, la poudre de baobab biologique, le pain de singe baobab, le baobab biologique, biologiquement, le bouye jus de baobab, baobab.com, la tomate biologique, les insectes comestibles,le fruit du corossol, le fruit du baobab biologique, la feuille de graviola bio, le bambou bio, l'artemisinine bio anti-cancer, baobab.com, la feuille de corossol, un hamburger vegetarien, la dhea naturelle, couple mixte, le caylar, l'armoise anti-cancer, lait de cafard, pissenlit cancer, graviola corossol, la feuille de papaye anti cancer