Boutique Biologiquement.comVertus et bienfaits du Desmodium

  Posté par desmodium       Laisser un commentaire
[Total : 45    Moyenne : 3.2/5]

Le nom scientifique “Desmodium bio antioxydant naturel puissant adscendens” désigne tout simplement un gros trèfle aux effets très bénéfiques pour la protection du foie. Voyons son origine, ses vertus médicinales et les lieux de commercialisation.

Origine

Le desmodium est une plante originaire d’Afrique, plus particulièrement du Cameroun et de la Côte d’Ivoire, et se développe à l’état sauvage dans les zones équatoriales humides. Cette plante grimpante se situe souvent au pied des palmiers ou des cacaoyers.

Les recherches et les études scientifiques élaborées par les docteurs Tubery ont permis de mettre en évidence les propriétés et les effets bénéfiques du Desmodium sur le foie et notamment sur les affections hépatiques. Grâce à ces travaux, l’utilisation du Desmodium s’est développée dans les milieux médicaux et hospitaliers et ses effets ont été reconnus par le corps médical.

Fleur de Desmodium bio
Fleur de Desmodium bio

Comment utiliser cette plante ?

Cette plante est vendue sous diverses formes dont les plus courantes sont décrites ci-dessous.

Tisane Desmodium

La plante hachée et broyée se présente sous forme de poudre. Cette poudre est utilisée comme une décoction ou une tisane. La posologie moyenne est 10 grammes de poudre pour un litre d’eau. Il suffit de faire bouillir et de filtrer la solution pour obtenir une boisson claire et consommable.

Desmodium liquide

Cette solution, obtenue à partir de la décoction de la plante, se présente sous forme de flacon et se dilue dans de l’eau ou du jus de fruit.

Comprimés

Les gélules contiennent un concentré de décoction de la plante. La posologie moyenne pour un adulte est de trois gélules par jour. Les comprimés facilitent la prise et la régularité du traitement.

Quelles sont ses vertus médicinales ?

Protection et régénération du foie
Le Desmodium est préconisé essentiellement dans les problème de foie car cette plante a des propriétés régénératrices et protectrices. Il agirait contre :

– les hépatites virales

– la jaunisse

– les hépatites A ou B

– l’hépatite C.

Le Desmodium agirait également contre l’asthme, la bronchite et a un effet cicatrisant.

Comment s’en procurer ?
Il est préférable d’acheter le Desmodium dans les pharmacies spécialisées en herboristerie. Une conseillère pourra vous apporter des informations concernant l’utilisation du produit et la bonne posologie selon le cas à traiter.

Boutique Biologiquement.comDesmodium adscendens

  Posté par desmodium       Laisser un commentaire
[Total : 36    Moyenne : 2.9/5]

Légumineuse herbacée des zones équatoriales et tropicales d’Afrique , le Desmodium adscendens pousse à l’état sauvage en s’entourant autour des troncs des palmiers à huile ou des cacaoyers.

Les feuilles sont trifoliées alternes, les fleurs blanches ou violètes, et le fruit est une gousse verte

Les parties utilisées en phytothérapie sont la tige et les feuilles

Le Desmodium est utilisé traditionnellement en Afrique pour traiter les hépatites et l’asthme

Il fut introduit en Europe par le Dr Pierre Tubéry

Principes actifs

– Saponosides triterpénoïdes : soyasaponines et dihydrosoyasaponines

Responsables de l’effet hépato protecteur

– Flavonoïdes

– Anthocyanes

– Alcaloïdes dérivés de la tryptamine

Desmodium adscendens
Desmodium adscendens

Propriétés

→ Propriétés hépato protectrices

Le Desmodium régénère et protège la cellule hépatique des dommages causés les virus des hépatites ( A B C ) , les médicaments, l’alcool, les toxiques de l’environnement

Il normalise les transaminases, la bilirubine

→ Propriétés antiasthmatiques, antispasmodiques

Dues aux saponosides des extraits aqueux et alcooliques

– Diminution de la libération de l’histamine au niveau des intestins et des poumons

– Action relaxante des muscles lisses bronchiques , due à la modulation de la cyclo-oxygénase

Utilisation médicinale en phytothérapie

→ protection du foie

– Le Desmodium est un traitement indispensable en cancérologie, protégeant des effets hépatotoxiques des chimiothérapies anticancéreuses

– Les hépatites virales aigues ou chroniques, et complément également indispensable du traitement des hépatites C et B par l’interféron

– L’hépatite alcoolique

– La NASH, la stéatose hépatique non alcoolique, dans les syndromes métaboliques

→ Les douleurs d’origine hépatique, du fait des propriétés antispasmodiques et anti-inflammatoires

→ Les allergies

Traitement de fond des allergies respiratoires ,rhume des foins, rhino-sinusites allergiques, toux spasmodique, des urticaires, de l’eczéma

Asthme en traitement préventif des crises, asthme non stabilisé à composante inflammatoire et spasmodique importante

Comment le prendre, posologie ?

Utiliser la décoction en priorité quand cela est possible : 6 à 10 g dans 1litre d’eau , faire bouillir 15 mm, et boire dans la journée

( seul problème, le gout vraiment pas terrible )

Autrement privilégier les formes liquides, aqueuses ou hydro-alcooliques, ou en solution glycérinée ( EPS) ,beaucoup plus concentrées

Eviter les formes en gélules de poudre, trop peu concentrés en principes actifs( il faut en prendre de grandes quantités )

Boutique Biologiquement.comDesmodium

  Posté par desmodium       Laisser un commentaire
[Total : 18    Moyenne : 3.1/5]

Le Desmodium adscendens bio est une plante herbacée bisannuelle, appartenant au genre desmodium, à la famille des Fabaceae, sous-famille des Faboideae.

Les botanistes la nomme “Desmodium adscendens” ou “Desmodium procumbens”, nous la connaissons sous des noms, tels que: trèfle savane, colle colle, gros trèfle, desmodium,…

En phytothérapie on utilise les tiges et les feuilles.

1°) Étymologie.

Non connue.

2°) Histoire.

En Afrique, le Desmodium adscendens est utilisé depuis fort longtemps par les soigneurs traditionnel pour diverses affections hépatiques (foie), dont l’hépatite virale, et les problèmes pulmonaires.

Certaines tribus de la forêt amazonienne et du Nicaragua pratiquent encore des décoctions et des bains de racines séchées de Desmodium, appelé <>, pour guérir les affections vaginales, la nervosité ou certains troubles digestifs.

Les Docteurs Pierre et Anne-Marie TUBERY ont découvert au cours de leurs travaux sur le desmodium procubens, de 1959 à 1963, dans un dispensaire hôpital du Cameroun, les propriétés hépatoprotectrice de cette plante.

3°) Habitat.

Originaire des zones équatoriales d’Afrique et d’Amérique latine, Desmodium adscendens est très répandue dans la zone équatoriale africaine où elle pousse à l’état sauvage, rampant dans des lieux humides ou contre les troncs des palmiers à huile ou des cacaoyers ou dans les jardins potagers.

Desmodium
Desmodium

4°) Description botanique.

Les feuilles de Desmodium adscendens sont trifoliolées alternes, les folioles obovales sont longues de 15 à 50 mm et larges de 10 à 30 mm.

La foliole médiane est nettement plus développée que les latérales. Le dessus des feuilles est glabre ou à poils appliqués clairsemés alors que le dessous est plus densément pubescent, ce qui donne une coloration plus claire à la face inférieure.

Les fleurs de desmodium sont lâchement disposées sur un racème axillaire ou terminal long de 10 à 15 cm. La corolle des fleurs est blanchâtre ou violacée et petite.

Le fruit de Desmodium adscendens est une gousse articulée longue de 10 à 25 mm et festonnée du côté inférieur.

5°) Composition.

-saponosides triterpénoïdes, dont Soyasapomines I et III.
-flavonoïdes (Vitexine et Isovitexine)
-Des dérivés de la tryptamine, à la teneur de 8 à 12 mg/kg
-anthocyanes
-alcaloïdes

6°) Propriétés et vertus.

-Protection du foie
-Antiasthmatique
-Antispasmodique
-Anti-inflammatoire
-Analgésique
-Antiallergique
-Dépuratif
-Diurétique
-Vulnéraire
-Immuno-modulateur.

Le Desmodium est considéré avant tout comme un “protecteur de l’hépatocyte”.

7°) Indications.

-Troubles du foie (suites d’hépatites virales ou médicamenteuses, d’intoxication…)
-Bronchite
-Spasmes musculaires
-Asthme

Le desmodium est actif pour stimuler la sécrétion de bile en cas d’insuffisance hépatique simple (paresse hépatique) mais aussi dans les affections hépatiques sévères comme celles provoquant un ictère (ancien nom : jaunisse). On conseille le desmodiul en cas de cirrhose, d’intoxications, d’obstruction des voies biliaires.

Les tradipraticiens du Ghana utilisent depuis très longtemps les feuilles de Desmodium pour soigner l’asthme bronchique. Le Desmodium n’agit pas comme un antihistaminique mais inhibe l’action de l’histamine sur les muscles lisses et, par suite, diminue la constriction des voies aériennes et des poumons, et ainsi soulage l’asthmatique.

Le desmodium adscendens sous forme de tisane ou de soluté concentré, permet de mieux supporter les effets secondaires de la chimiothérapie.

8°) Contre-indications.

En l’absence de donnée clinique, il est contre-indiqué chez la femme enceinte et allaitante, ainsi que chez les jeunes enfants.

9°) Effets indésirables.

Selon toutes les études, toxicologiques et pharmacologiques, il n’y a pas d’effet secondaire ou indésirable.

10°) Toxicologie.

L’étude menée par éthnobotanique et pharmacologie de l’université de Metz a montré l’absence de toxicité du Desmodium adscendens.

Boutique Biologiquement.comDesmodium bio vertus

  Posté par desmodium       Laisser un commentaire
[Total : 9    Moyenne : 3.4/5]

Les nombreuses vertus pour la santé humaine du Desmodium bio.

A – Hépatites virales

Il n’a pas été décelé d’action antivirale directe, mais l’action immuno-modulatrice a permis probablement une action antivirale indirecte.

a/ Phase d’invasion, souvent avec ictère (jaunisse)

C’est là que s’est appliquée la pratique traditionnelle africaine ; il s’agit le plus souvent d’hépatites A ou B.
Les résultats sont ici remarquables : disparition en une semaine de l’ictère, des nausées, des maux de tête, de la fatigue et de l’inappétence.

L’invalidité passe de deux ou trois mois à huit ou dix jours. Les transaminases se normalisent en dix à trente jours selon la gravité de départ. Le Desmodium adscendens bio a donc empêché le virus de détruire les cellules hépatiques.

Une étude portant sur 32 observations d’hépatite en phase d’invasion confirme ces données, y compris dans des cas sévères : un patient qui avait des transaminases à 8000 U a été rétabli cliniquement en huit jours ; les transaminases se sont normalisées après 40 jours. Les patients soignés précocement par le Desmodium adscendens bio ne passent pas à la chronicité.

Cas de l’hépatite C

Celle-ci a, en général, une phase de début très peu parlante, période de fatigue, petite fièvre faisant diagnostiquer un « état grippal » mais absence d’ictère qui aurait fait le diagnostic.

Cet épisode a toutes les chances de passer inaperçu et d’évoluer en quelques mois vers la chronicité comme l’hépatite B non traitée.

b/ Phase de chronicité

A la destruction de cellules hépatiques par le virus, s’ajoutent deux phénomènes : la fibrose hépatique (cicatrice des lésions) et, moins souvent, l’auto-immunité (attaque du foie par les propres lymphocytes du patient). Ces deux phénomènes peuvent évoluer vers des échéances fatales : la cirrhose et le cancer du foie.

Mais ces dangers peuvent être diminués par un actif extrait d’une autre plante de la pharmacopée africaine : l’acide sénégénique (issu d’un arbuste de la savane, de la famille des Polygalacées, dont on utilise les racines). Ce principe actif est obtenu après extraction sodique et hydrolyse (voir documentation disponible au C.R.P.). Le produit fini est nommé Sélongénine (chimiquement Sénégénate de magnésium).

Il présente deux propriétés pharmacologiques :
1- Action de sédation de l’action des lymphocytes dans l’auto-immunité, cette action étant liée à une inhibition de la transformation blastique (T.B.) des lymphocytes. Cette T.B. est une phase de rajeunissement qui précède la multiplication et l’augmentation de leur agressivité contre le foie. On maîtrise ainsi l’auto-immunité.
2 – Action anti-fibrose utilisée en médecine traditionnelle africaine conte les cicatrices vicieuses. Cette action maîtrise ainsi la fibrose hépatique et ses conséquences graves.

Concrètement, on doit continuer le Desmodium adscendens bio si l’augmentation des transaminases persiste, traduisant la destruction des cellules hépatiques. Et surtout, ajouter la Sélongénine si la biologie prouve la fibrose (gamma GT et surtout fibrotest qui doit s’améliorer après quarante à soixante jours).

Le virus sera souvent éliminé dans l’hépatite B, rarement dans l’hépatite C, mais le patient aura un statut de « porteur sain » (cf. Bibliographie 10 et 11, les travaux des Professeurs Arouna KEITA ET Mauricio GRANDI).
Ce traitement est tout à fait compatible avec le traitement conventionnel :
Interféron et antiviraux.
Il peut :
– le rendre plus efficace (surtout dans la fibrose),
– lui permettre une meilleure tolérance (grâce au Desmodium adscendens bio),
– assurer une alternative en cas d’intolérance majeure ou d’inefficacité de l’interféron.

Desmodium adscendens bio
Desmodium adscendens bio

B – Le traitement ou la prévention des atteintes toxiques du foie (alcoolisme) ou des intolérances d’origine médicamenteuse (travaux du Docteur Anne-Marie TUBERY)

– Alcoolisme (mais la suppression du toxique s’impose) :
Tout traitement chronique au long cours (puisque la molécule thérapeutique est le plus souvent métabolisée et détoxiquée par le foie) induit à la longue une surcharge pour la cellule hépatique.
C’est ainsi que bénéficieront grandement de cures épisodiques de Desmodium adscendens bio, tous les patients qui suivent un traitement prolongé.
Parmi eux, ceux qui ont un traitement de neuroleptiques, somnifères ou psychotropes (dans le cas de dépression nerveuse), antibiothérapie au long cours, antiviraux (trithérapie du Sida), anticomitiaux, traitements hormonaux de la ménopause et également les contraceptifs (pilules). En cancérologie, les traitements antihormonaux (Tamoxifene, aromazine ou équivalents).

Prévention des effets secondaires de la chimiothérapie anticancéreuse
Les patients qui ont eu les premières chimiothérapies sans protection et qui ont introduit le Desmodium adscendens bio lors des suivantes, font bien la différence : suppression ou diminution des nausées, vomissements, inappétence ; autrement dit, un maintien de l’état général bénéfique pour la lutte anticancéreuse ou anti-leucémique.

C – Les allergies

Ce sont les allergies avec hypersensibilité immédiate qui obéissent au Desmodium adscendens. Elles sont caractérisées par la rapidité de leur survenue et l’augmentation des IgE totales : urticaires, oedèmes de Quincke, eczéma de contact, allergies digestives, asthme allergique.

Il faut en général trois à quatre semaines de Desmodium adscendens (la décoction de plante sèche est peut être préférable) pour obtenir un résultat souvent définitif.

Boutique Biologiquement.comDesmodium Adscendens

  Posté par desmodium       Laisser un commentaire
[Total : 4    Moyenne : 3/5]

Le desmodium bio antioxydant puissant adscendens est une plante herbacée d’Afrique équatoriale, reconnue pour favoriser une bonne hygiène hépatique, que l’on peut consommer en AMPOULES.

Le foie joue un rôle physiologique essentiel. C’est l’organe « clé » du métabolisme des glucides, des lipides et des protides. Il permet la sécrétion de la bile, l’épuration de l’organisme. Le desmodium adscendens est l’allié de votre foie, il contribue à favoriser la détoxification de l’organisme.

Indications du Desmodium Adscendens:
– Drainer, détoxiquer
– Hygiène hépatique
– Protéger, régénérer la cellule Hépatique

Conseils d’utilisation des ampoules de Desmodium Adscendens :
1 ampoule par jour (le matin) à jeun dans un verre d’eau pendant 1 mois, renouvelable suivant les besoins.

Conseil d’utilisation des ampoules de Desmodium Adscendens :
En complément, pour détoxiquer et stimuler les fonctions hépatodigestives, une action dépurative et tonifiante du système
hépatique.

Ingrédients des ampoules de Desmodium Adscendens : eau purifiée, extrait aqueux de Desmodium Adscendens

Les compléments alimentaire ne se substituent pas à une alimentation variée et équilibrée, ni à un suivi médical. Ce produit n’est pas un médicament.Tenir hors de portée des enfants.

Boutique Biologiquement.comDesmodium adscendens

  Posté par desmodium       1 commentaire
[Total : 13    Moyenne : 2.2/5]

Le Desmodium adscendens bio antioxydant naturel puissant est une plante herbacée bisannuelle de la famille des Fabacées.

Elle est parfois appelée Desmodium procumbens. Les deux noms font référence aux longues tiges rampantes qui peuvent s’enrouler sur des supports rigides.

Description

Feuilles trifoliées alternes. Folioles obovales longues de 15 à 50 mm, larges de 10 à 30 mm. Fleurs de couleur violet clair sur un racème axillaire de 10 à 15 cm. Fruit : gousse verte articulée, longue de 10 à 25 cm, large de 3 mm.

Desmodium adscendens
Desmodium adscendens

Habitat

Elle abonde dans la zone équatoriale humide où elle pousse librement le long des troncs des palmiers à huile ou des cacaoyers, ou dans les jardins potagers. Elle préfère les terrains cultivés ou qui ont été cultivés.

Répartition

Afrique (côte ouest), Inde, Amérique du Sud.

Constituants principaux des parties aériennes

Saponosides triterpénoïdes : soyasaponines I et III, déhydrosoyasaponine I.
Flavonoïdes : isoflavone, composé flavonique, dérivés de flavonol et de flavone.
Anthocyanes :pélargonidine – 3 – 0 – r h a m no s ide, cyanidine-3-0-sophoroside.
Alcaloïdes sous forme de traces.

Usages médicinaux, bienfaits, vertus

On utilise les parties aériennes de la plante.
Jaunisse (phase de début des hépatites virales A ou B) – Cameroun et Côte d’Ivoire
Allergies : prévention de l’asthme. Les tiges et feuilles sont utilisées par le Center for Scientific Research into Plant Medecine au Ghana pour traiter l’asthme.
Infections ORL
Maladies vénériennes
Ulcères d’estomac
Epilepsie et vertiges. Les tradipraticiens amérindiens du Venezuela s’en servent contre l’épilepsie.
Constipation
La flore illustrée du Sénégal indique que les feuilles de Desmodium adscendens sont utilisées en décoction dans le traitement des ulcères d’estomac, la constipation, etc.
Les études pharmacologiques démontrent une action positive sur les transaminases, d’où son effet de protection du foie.

Boutique Biologiquement.comDESMODIUM Poudre de plante

  Posté par desmodium       Laisser un commentaire
[Total : 5    Moyenne : 1.6/5]

Le Desmodium, plante africaine communément utilisée pour le bétail des chèvres, plante ancestrale des tradipraticiens africains (Sierra Léone) n’a aucune toxicité, ni effet secondaire.

Ce complément alimentaire ne se substitue pas à un régime alimentaire varié et équilibré ni à un mode de vie sain.
– Prévention de l’évolution des hépatites virales vers la cirrhose et la fibrose
– Amélioration du métabolisme hépatique avec Silymarine et Thé Vert. On conseille un à trois comprimés par jour d’extrait standardisé
– Accompagnement des chimiothérapies cytotoxiques et de tout traitement médicamenteux à risque hépatique.

Les docteurs Anne-Marie et Pierre Tubéry ont travaillé cinq ans dans un dispensaire fondé par les Petits-Frères-de-Foucaud au milieu des populations montagnardes du Nord-Cameroun. Ils voulaient, dans un souci humanitaire, leur apporter les bienfaits de la médecine moderne. Mais, en raison de leur contact étroit avec la population locale, ils ont constaté que l’Afrique pouvait – et devait – apporter une contribution Importante à la médecine universelle.

Desmodium frais
Desmodium frais

“Dans les régions où le milieu est particulièrement agressif sur le, plan sanitaire, l’humanité ne peut survivre que si elle dispose d’une médecine efficace, même si elle est traditionnelle.
Cette affirmation mériterait certes d’être développée, mais prenons un seul exemple : l’hépatite virale est très courante en Afrique et. dans de nombreuses régions, elle est bien maîtrisée par les tradipraticiens (1) et leurs plantes hépatoprotectrices. Parmi celles-ci, le Desmodium adscendens est particulièrement efficace. Il en existe d’autres, mais qui n’ont pas fait l’objet d’études aussi approfondies.
En 1963, dans une de ces auberges africaines, qu’on trouve aux carrefours des pistes, je rencontre un vieil ami, colon français bien intégré au Cameroun.
– Comment allez-vous ?
– Moi, bien. Par contre ; ma femme a une bonne jaunisse et je sais que vous n’avez rien pour ça. Mais il y a ici des guérisseurs qui ont une plante formidable. D’ailleurs, depuis deux jours qu’elle en prend, elle va déjà mieux.
De fait après une semaine, il n’y avait plus trace de jaunisse chez cette femme. Auparavant, j’avais vu un tradipraticien guérir un psoriasis rebelle et une lèpre lépromateuse, affections pour lesquelles notre médecine moderne était particulièrement impuissante.
Notre infirmier, François N’Kodo, originaire du Sud-Cameroun, m’en procura quelques plants que je fis identifier à mon retour par M. et Mme Raynal, botanistes au Muséum à Paris.
C’était du Desmodium adscendens, légumineuse qui sert de fourrage aux chèvres en Afrique équatoriale. Cet usage fourrager donnait une présomption d’absence de toxicité de la plante, confirmée par les guérisseurs africains qui l’utilisaient pour la consommation humaine. Pour
la bonne règle, nous avons effectué des études toxicologiques que nous avons prises en charge, les établissements pharmaceutiques ne s’intéressant pas à cette plante. Raison invoquée : trop de travail et donc trop de frais avant d’arriver à produire un médicament purifié et rentable.
Les expertises du Centre international de toxicologie ont été rassurantes : aucune toxicité, pas d’effet mutagène. Nous nous sentions donc moralement le droit d’administrer cette plante africaine en décoction à des malades. L’un de mes amis a présenté une hépatite virale sévère, et la “tisane” l’a remis sur pied en quatre ou cinq jours. L’Ictère et la fatigue ont disparu, l’appétit est revenu. Les transaminases sont passées d’environ 600 unités à 55 la première semaine et à 25 après quinze jours. Pendant quelques années, nous nous sommes limités, ainsi que les médecins qui s’intéressaient à ces plantes, au traitement des hépatites virales.
L’étude, des trente-quatre premières observations exploitables a montré, quelle que soit la variété de virus, les résultats suivants :
Dans les onze cas où le traitement a été appliqué avant le troisième jour de l’ictère, le retour à la normale de la couleur des téguments et des urines s’est effectué après cinq jours de traitement. Après ces cinq jours, les transaminases G.O.T. et G.P.T., qui étaient en moyenne respectivement à 730 et 640 unités, ont baissé à 65 et 58 (pour une norme de 30 et 25). Le temps de normalisation parfaite n’a pas dépasse vingt jours dans ces onze cas.
Dans les quatorze cas où le traitement a été appliqué entre le troisième et le vingtième jour après l’apparition de l’ictère, les transaminases ont baissé, au-dessous du tiers de leur valeur entre le premier jour et le dixième jour du traitement. Enfin, dans les neuf cas (dont les paramètres cliniques et biologiques étaient encore perturbés) où ce traitement a été instauré après le vingtième jour d’ictère, les résultats ont été variables.
Il y a eu, dans les neuf cas, un infléchissement des transaminases, mais la normalisation totale n’a été obtenue que dans quatre cas, après des délais de deux à quatre mois. Les cinq autres n’ont pas été normalisés, ce fait signifiant le passage à l’hépatite chronique auto-immune.
On sait en effet que, lorsqu’une hépatite virale devient chronique, d’autres facteurs que le virus interviennent : l’auto-immunité, c’est-à-dire l’attaque du tissu hépatique par nos propres défenses en quelque sorte trompées car les messages antigéniques du virus, et la fibrose hépatique, ou les fibres de la cicatrisation enserrent les cellules normales et qui peut aboutir à la cirrhose.

(1) Nom actuel des médecins (ou soignants) traditionnels de l’Afrique. On utilisait autre fois le nom de sorciers, ce qui est malveillant et faux, même si au milieu de leurs thérapeutiques matérielles, ils utilisent des procédés psycho ou parapsychologiques.
(2) Oui peut changer le génome de la cellule et, par conséquent, ouvrir la porte à la cancérisation.
(3). Ce sont des messages chimiques émanant de certaines parties d’un virus ou autre germe, et qui déclenchent la formation d’anticorps. Mais ces anticorps, dirigés contre le virus, peuvent aussi, par analogie des cibles s’attaquer à nos propres cellules.”